C’est beau Bobin

Frédéric Bobin

Frédéric Bobin

L’homme, étrange bipède dans un monde incertain… Tous les titres du troisième opus de cet artiste lyonnais explorent ce thème. D’abord par cette chanson-titre, Singapour, sur les délocalisations sauvages (Y’avait plus rien / Plus une machine dans mon décor / Plus de turbin) qu’on ne peut s’empêcher de rapprocher des Mains d’or de Bernard Lavilliers et de Il ne rentre pas ce soir d’Eddy Mitchell, pas que sur le thème, sur la qualité d’écriture aussi, comme sur l’émotion. Ça, la suffisance de l’argent et du pouvoir, le banal sort d’un noir en Georgie, la révolte à venir des affamés du Monde, la vie de rechange qu’on s’invente pour supporter la réelle… Le parti-pris de légèreté qui fut celui des frères Bobin (Frédéric compose et chante ce que son frère Philippe écrit) appartient désormais au passé. Sans être nullement pesant, loin s’en faut, ce disque suinte de gravité. Que rencontre la nécessaire tendresse. Et toujours l’élégance, décidément marque de fabrique. Ce disque ne peut nous lasser.
(CD Singapour. On peut le commander à F. Bobin, 1 place de la Croix-Rousse 69004 Lyon ; http://www.fredericbobin.com)

27 août 2009. Étiquettes : . Chanson sur Rhône-Alpes, Lancer de disque.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :