Mano, septième album Solo

Une fois encore, Mano Solo tutoie l’excellence. Si ce n’était cette voix enivrante, ces trémolos fragiles, charriant parfois le pur bonheur, se cognant souvent au malheur, à la solitude, qui chaque fois nous tirent de notre somnolence, on s’y habituerait presque.
Rentrer au port, son septième opus solo (hors Les Frères misères donc) est, à la première écoute, d’une veine semblable au précédent, cultivé en grande partie à la maison, « in the garden ». Qui plus est avec la même équipe, le même trio : complicité à l’évidence installée, terreau confiant propice plus encore à l’intime, d’où peut germer des chansons qui feront floraison et grandiront en nos oreilles. Le chanteur dit avoir écrit bien la moitié du présent album rien qu’en écoutant jouer ses comparses, y injectant alors ce qui reflète son état d’esprit, des mots jaillis d’une fulgurance, de notes qui font choc et appellent le sens.
A la première écoute seulement. Car cette maison, ce chez-soi, est l’antre d’une dramaturgie d’amour : tout ce qui est chanté en découle. « L’amour c’est pas pour moi / C’est un truc pour les gens qui pleurent / De plaisir ou de bonheur ». Est-ce faute de ne pas avoir assez allumé de feux, ou d’en avoir allumé trop, l’amour s’en est allé. Et lui, plainte déchirante, brûle toujours d’amour, ausculte presque le sentiment, soupèse son absence et le silence. Elle est partie pour un ailleurs meilleur. Et « un ailleurs meilleur / C’est partout où moi je ne suis passé » (Partir ailleurs). Il reste là, avec son petit tas d’amour, à hurler « Au fond de mon bouge / Où rien ne bouge / Sauf le souvenir de toi ».
Rentrer au port est un disque étonnement gai et dansant : c’est musette menée par l’accordéon de Régis Gizavo. C’est tout autant jazz et rock. Et c’est tout triste aussi, mais d’une tristesse belle, paradoxalement joyeuse, nourrie de mots charriant leur part de nostalgie. Le chant de Mano solo pousse en ce sol-là, en ce jardin.

Mano Solo, Rentrer au port, La Marmaille nue/Wagram 2009

Publicités

6 septembre 2009. Étiquettes : . Lancer de disque.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :