Le Tout Sarcloret, en somme

Je ne sais quel effet ça fait d’être « intégralisé » (pas plus de désintégré du reste). Qui plus est de son plein gré, son propre chef. Voici, en attendant la suite, la totale de Sarcloret (faut plus l’appeler Sarclo, cause à son presque homonyme de l’Élysée, ‘doivent être en froid), même si, chez lui, rien n’est jamais simple. Mais c’est une somme. De franchise, d’audaces, d’impertinences, de beauté versifiée, de gros mots pour fines bouches. Le coffret se nomme Un enterrement de première classe mais ne vous y fiez pas : tant que Sarcloret bande il vit encore. Et crée. Sarcloret est un suisse dans le déni de neutralité. Il œuvrerait dans les banques qu’il chanterait la liste secrète des évadés fiscaux. En fait ce branque travaille dans l’humanité, le bon sens, le bon vivre et chante tout ça. En fabrique des chansons aussi sûrement qu’il dessine des maisons et fait des enfants. Par lui les mômes ont des toits sous lesquels fredonner. Mine de rien, ça fait pas mal de temps qu’il est dans la chanson. Son premier disque remonte à il y a presque trente ans. En fait depuis ses Plus grands succès et ses Premiers adieux… Une trécennie de Sarclo, vous rendez-vous vraiment compte ? Renaud, qui un temps l’a pris sous son aile, a dit de lui qu’il était la plus belle invention suisse depuis le trou dans le gruyère. Soit dit en passant, se contenter des trous ne manque pas d’airs et c’est l’exact contraire de la chanson alimentaire. Discographie contrariée disais-je, le franc bordel, tant qu’il est difficile de s’y retrouver. Un peu foutraque aussi, inégale, inconstante. Ce ne fut pas l’objet de cette intégrale d’y mettre bon ordre, de faire propre avant dispersion des cendres. Non, cette somme de disques originaux et de bandes son éparses, souvent inconnues, nous le restitue plus vrai encore avec ses hauts à lui et les bas des dames. Avec ses facilités et ses actes de bravoure, ses salutaires coups de gueule, son infinie tendresse aussi. Avec ses maquettes et ses inédits, ses brouillons, ses hésitations, ses live et ses barratins, avec des tas de versions d’une même chanson : Les Nichons y sont démultipliés tant qu’on y voit des seins partout. Tout est bon pour qui sait écouter… Votre beauf peut exhiber fièrement son intégrale de Sardou. Vous, malicieusement, vous aurez, sans ostentation aucune, votre intégrale Sarcloret à siroter tout seul ou avec le tri de vos meilleurs amis. Autre monde, toutes autres valeurs… Et trésors inégalés, en tous cas pas comme ça. Cette somme nous montre surtout que Sarclo est comme le bon vin ; ça vieillit bien en bouche, jolie robe, belles couleurs. Et ça nous dit, derrière pas mal de pirouettes, nombre de choses essentielles. Comme d’hab’ Sarcloret avait sorti cette intégrale dans une grande discrétion, disponible qu’au cul de sa bagnole. La voici promise à une plus large diffusion. Ça le mérite. Encore bravo

Sarcloret, Un enterrement de première classe, coffret de 12 disques, 266 titres pour 134 chansons. Côtes du Rhône/L’Autre Distribution.

Le site de Sarcloret.

Publicités

13 janvier 2010. Étiquettes : , . Lancer de disque.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :