François Béranger, l’interview

Archive. Longue absence déjà que celle du père François, mort en octobre 2003. Vieille nostalgie, tristesse… Béranger détestait les interviews. En voici pourtant une, réalisée pour Le Progrès le 1er novembre 1999. Par gentillesse envers moi, il s’était acquitté de cette tâche. Je me rappellerais toujours son visage qui s’est enfin illuminé dès que je lui ai parlé de Félix Leclerc…

François Béranger (photo DR)

François Béranger : « Tout le monde a chanté un jour ou l’autre pour soi ou pour les autres. C’est vrai que la chanson a des hauts et des bas, surtout quand on envisage le problème sur le plan strictement commercial. Y’a des périodes où elle marche mieux que d’autres. Et puis ça revient. Depuis quelques temps y’a un renouveau, un regain d’intérêt. De plus en plus de jeunes redécouvrent des types comme Ferré, Brassens, Brel et se rendent compte que la chanson ça mérite d’être écoutée. C’est une forme d’expression qui ne peut pas mourir. Même s’il fallait un jour la défendre clandestinement dans les caves, poursuivis par la police culturelle… »

Vous rejetez le terme de « chanson engagée » ? « Je récuse le mot, l’appellation et l’étiquette parce que je trouve que ça ne veut rien dire. Je fais des chansons parce que j’ai envie de les faire. Faut que ça sorte ! L’engagement est un truc social et politique. C’est un acte qu’on pose, qui doit être relativement discret. C’est trop facile de s’emparer d’un micro pour dire « Je suis quelqu’un d’engagé. » On peut faire des chansons signifiantes, des chansons qui protestent, qui dénoncent, mais c’est pas un engagement. C’est trop facile. Un engagement c’est un truc plus prosaïque, quotidien, au niveau de son quartier, de son boulot… Je n’ai jamais eu l’impression de faire des chansons engagées. Je fais simplement des chansons que j’ai envie de faire. Si ça plaît aux autres, tant mieux… »

Sarclo se réclame de la « branche armée de la chanson française de qualité. » Vous êtes du même bataillon ? « Si j’avais à me ranger dans une famille, ce serait plutôt dans celle de Sarclo. Mais chanson armée non ! J’ai une grande tendresse pour Woody Guthrie qui a arpenté les Etats-Unis avec sa petite guitare sur les chantiers du Président Roosevelt. Sur sa guitare, il avait écrit Cette machine est faite pour tuer les fascistes. Mais on ne tue pas les fascistes avec une guitare. Avec une kalachnikov, oui ! C’est sûr qu’une chanson bien faite ça peut faire très mal aux adversaires, mais faut pas non plus rêver… Je ne pense pas que les chansons changent le monde. »

Vous avez l’intention de faire un album sur Félix Leclerc… « Il est enregistré. Toutes les chansons sont faites, mais on va le retravailler encore un peu. Ça sort quand ? Je ne sais pas. Ça fait onze ans que Félix Leclerc est mort et que tout le monde l’a oublié. Alors faut pas se presser. Parce que c’est difficile de chanter un mec comme ça. Leclerc ça doit rester brut. Comme les chansons de Brassens. »

Vos chansons restent toutes d’une actualité brûlante… « Oui, malheureusement. Sauf certaines qui étaient trop marquées par l’actualité. Comme Magouille blues que j’avais conçu, à la manière des chansonniers, pour en tirer une nouvelle version tous les mois. Je l’ai fait deux trois fois et j’ai laissé tomber. »

C’est dommage, il y aurait matière avec les événements de ces temps-ci… « Vous savez, y’a hélas toujours matière quand on décrit la merde ! »

Le cédé 19 chansons de Félix, son 16e album, est finalement sorti en 2003, peu avant le décès de Béranger. Et je ne saurais que trop vous conseiller le coffret (3 cédés + 1 dévédé) Le vrai changement, c’est quand ? paru en 2004 chez Futur Acoustic.

Si vous aimez la chanson, abonnez-vous à ce blog : vous recevrez en temps réel tout nouvel article de NosEnchanteurs. Cliquez en haut à droite de cette page-écran : c’est facile, c’est sympa, c’est gratuit.

Publicités

30 avril 2010. Étiquettes : . Interviews.

2 commentaires

  1. Eric FRASIAK replied:

    Merci pour cet interview qui refait parler notre si cher François BERANGER… Beaucoup d’émotions à presque réentendre sa voix.. Amitiés. Eric

  2. Crhistian PIERREDON replied:

    Merci pour ces quelques mots qui lui ressemble.
    J’ai eu l’occasion de lui parler 2 fois.
    C’était un homme vrai, un peu bourru, mais avec tellement d’amour dans les yeux.
    C’est un de mes papa en chanson.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :