Johnny, la fin du fin

En fin mai 2009, il y a bientôt un an, pour une colère, un trop-plein, la nausée d’une hallydaymania excessive, je créais ce blog, du reste sans annonce et sans lecteur. Trois articles sur l’idole puis j’oubliais jusqu’au nom de ce site. Il m’a fallu la mort de Chorus pour le réactiver. Johnny est donc l’artiste qui nous vaut ce blog. Raison de plus pour, de temps à autres, continuer de le chouchouter comme il se doit.

Se dire quand même que derrière les guignolades se cache un artiste… (DR)

Ainsi donc, il y eu « l’affaire ». Késaco ? Les électeurs de Tibéri ? Les commissions de Pasqua ? Les pompes de Roland Dumas ? Les diplômes de Rachida Dati ? Les promesses de l’homme à la Rolex ? Les mensonges de Chirac ? Non, bien pire. Il y eu cent jours où notre pays vacilla, tragique suspense qui mit nos nerfs à l’épreuve. La crise donc, celle qui vient de ruiner des millions de gens et voir s’enrichir d’autres ? Non, vous n’y êtes pas. C’est de Johnny dont je vous parle. De l’effet papillon, un petit, tout petit cancer, polype pas bien malin qui est à l’origine. Puis le début d’une septicémie au pronostic réservé. Le malade qui fanfaronne et re-chute, à tous les sens du terme, badaboum dans l’escalier. Intervention chirurgicale en France, puis hospitalisation d’urgence aux States, coma artificiel… vous connaissez la suite. Chacun à cru le moment venu de pavoiser les rues, de bientôt les rebaptiser : « Boulevard Johnny-Hallyday, aqueu chanteur national, 1943-2009 » ça en jette d’y crécher, vaut mieux ça qu’une impasse Gilbert-Bécaud ou qu’un square Georges-Brassens. Chacun y a cru, vraiment. Même et surtout les têtes pensantes du Palais de l’Élysée. C’est ce que nous apprend un instructif livre, Johnny, les 100 jours où tout a basculé, de Renaud Revel et Catherine Rambert, qui sort ce jeudi aux éditions First et dont nous connaissons, via la presse quotidienne, les morceaux de choix. Ainsi L’Elysée préparait les obsèques du dit Johnny. Car « Tandis que la France retient son souffle et prie pour que Johnny s’en sorte » (dixit France-Soir), on se prépare au pire au sommet de l’Etat. Suivent d’informelles réunions où on échafaude des scénarios, on liste des hypothèses. « Parmi les pistes retenues mais non validées par le chef de l’Etat on évoque un rapatriement du corps dans l’avion présidentiel, des obsèques nationales et même une descente du cercueil le long des Champs-Elysées » lit-on en ce bouquin. Aurait-on demandé une participation financière de la Suisse pour enterrer ce digne et libéral contribuable (1), lui aurait-on ouvert grandes les portes du Panthéon, aurait-on fait Laetitia co-princesse de Monaco, aurait-on levé un impôt en lieu et place de lever nos verres, nul ne le sait. Ça s’est pas fait, Johnny il est pas mort, pas maintenant. Car ça va venir… Mettons d’urgence des sous de côté.

(1) Un chanteur libéral est un chanteur qui tire l’essentiel voire la totalité de ses revenus sur le territoire français (avec bien souvent le concours des collectivités publiques qui participent financièrement à ses shows) mais va résider en Suisse pour ne pas payer d’impôts sur le sol français puis s’en va mourir aux frais du contribuable éploré autant qu’essoré.

Dans ce livre, on apprend aussi, entre autres choses, comment Johnny, insatisfait de son « Tour 66 » est fou de rage à la vue du show de U2 : « Ce show dépasse en tout point le sien. C’est de cela qu’il avait envie pour ses adieux. La dispute qui suivra avec Camus (Jean-Claude Camus, son producteur historique) sera homérique. »

Publicités

4 mai 2010. Étiquettes : . Saines humeurs.

2 commentaires

  1. marie replied:

    Fan de l’artiste, je n’en ai pas moins été écoeuré par le comportement anti-social du citoyen Hallyday. Depuis qu’il a choisi d’être un exilé fiscal, j’ai choisi de ne plus lui donner un cent, par l’achat d’un de ses disques ou d’un billet de cinéma, ou par quel qu’autre moyen que ce soit. Dans ces conditions, inutile de préciser que si des funérailles nationales lui étaient accordées, ce serait, de mon point de vue, une véritable honte nationale, et une injure aux plus démunis de ce pays.

  2. Martine replied:

    Entièrement d’accord avec toi, Marie !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :