C’est un Desjardins extraordinaire !

Parmi les grandes heures du festival Paroles et Musiques, la mémoire retiendra le récital solo de Richard Desjardins. C’était en mai 2001, salle Jeanne-d’Arc à Saint-Étienne. Le chapeau de ce papier, le lendemain dans la presse, était : « Il faut l’avoir vu une fois pour savoir qui est Richard Desjardins, fulgurance et talent mêlés, définitivement grand ! »

Richard Desjardins, chanteur de surcroît (photo DR)

Il est chanteur québécois et dieu sait qu’ils sont nombreux de nos jours. Ou pas tout à fait, une fois ôtés les boutons de Dion et l’autre loup de Garou. C’est en terre de conscience et de fraternité que Richard Desjardins est l’égal de Félix Leclerc et de Gilles Vigneault. Pas les gnomes de Plamondon. A l’évidence Desjardins n’est chanteur que de surcroît. Pour le plaisir, pour le médium, pour que ses mots arrivent à nos oreilles. Pour aussi que la dignité des peuples soit prise en compte. Desjardins est un philosophe, non de salon mais de la terre. Sa faconde au si bel accent et son talent sont à ce service- là, cherchant désespérément le bonheur et de quoi l’étayer. Il fait de nous des «antilopes de la nuit buvant aux sources confidentielles», des vigilants, des «dénonçants», lui qui est vaste espace sauvage de toundras et de lacs gelés, meurtri de forêts endeuillées par les coups à blanc de l’homme blanc ou de qui veut lui ressembler. Desjardins est grave et facétieux, pan de respect de la dignité de chacun. Par un corps à corps avec son grand et noir piano, avec cette guitare qui l’arme ensuite, il nous amène à nous regarder. Il est bouleversant, fragile et immense à la fois, tenant la scène de manière poignante, déchirante. Et nous chante l’amour d’une façon autre… Voix râpeuse, fulgurance du verbe qui conjugue calme, quête et tumulte, Richard Desjardins chante une «réalité qui n’est peut-être qu’un manque d’illusion» et tente de peser ce que vaut l’Homme. Autant de mots portés sur des portées qu’on emporte avec soi, dans l’espoir que ses chansons changent la vie, qu’elles puissent nous changer un jour. Quand on aime une fois Desjardins, on l’aime pour toujours.

Le site de Desjardins, c’est ici.

Si vous aimez la chanson, abonnez-vous à ce blog : vous recevrez en temps réel tout nouvel article de NosEnchanteurs. Cliquez en haut à droite de cette page-écran : c’est facile, c’est sympa, c’est gratuit.

Publicités

11 mai 2010. Étiquettes : . Archives de concerts, Québec-Acadie.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :