Histoire d’eau, cantate et cœur bleu…

Ce fut hier au soir, à l’Opéra-Théâtre de Saint-Étienne, dans le cadre du festival Paroles et Musiques. Romain Didier, Enzo Enzo et Allain Leprest sur une même scène, une même mer nourricière… Pour la reprise de Cantate pour un cœur bleu.

Pas mal de monde sur le pont, face au cœur bleu (photo Pierre Charmet)

« Peut-être que, sans doute, tout vint d’une goutte… » C’est histoire d’eau, qui se forme et grandit. Car on ne devient pas grand’mer comme ça, il faut avoir été bébé mer auparavant. Je vous mets dans le bain : cette cantate est plein d’eau qui mouille la Méditerranée des deux côtés…
La scène est bondée comme plage en été. Les quelques quarante enfants sont ceux de la Maîtrise de la Loire, sous la direction de Jean-Baptiste Bertrand, chorale d’excellence rompue à ce genre d’exploit, pour qui une cantate n’est pas la mer à boire. Par l’Orchestre de l’Opéra-Théatre, il pleut des cordes. Il pleut sur la mer et, n’en déplaise à Leprest, ça sert au moins la beauté. Quelques autres musiciens aussi. Et Romain Didier, rivé à son long piano tout noir. A son micro aussi, qu’il partage avec la belle Enzo Enzo. Et, dans un coin, le récitant dont on se dit que, pour l’avoir écrit, il doit connaître l’intrigue par cœur. C’est Allain Leprest.
Rien n’est étranger à la mer. L’histoire et ses galions reposant en ses fonds, les sirènes, Neptune et Poséïdon, les Sumériens, le trésor perdu des amphores, les algues teintées de henné, les mouettes, le « nageur échoué sur ses seins gravissant le téton des îles », les côtes, la Sicile… rien.
Cette cantate baigne d’au moins deux cultures, deux rives, deux peuples, deux continents, deux musiques. D’une même mer qui coulent dans nos veines, qui nous dit notre ressemblance, pareils comme deux gouttes d’eau. Enfants ou plus grands, nos chanteurs tirent des fonds des colliers de légende, « des histoires longues comme les longs fils », l’histoire des hommes. « Ils cherchent l’étoile des mers, elle cherche la rose des sables… » La Méditerranée est puit de science, océan de sagesse, là où notre passé, le présent et le futur viennent boire ensemble, comme fauves et antilopes ensemble. Leprest et Didier ont fait ici ode à l’onde, à l’amour et au respect de l’autre, de sa réalité, de ses croyances. Cette cantate est un rêve éveillé. Et, le temps de ce rêve, nous sommes complices ébahis, coupable de paix et de vivre ensemble.
Spectacle par nature exceptionnel hier à Saint-Étienne, car infiniment rare. Moments de bonheur dans le sourire d’Enzo Enzo, dans les intonations tantôt douces tantôt graves de Romain Didier, par ces garçons, ces fillettes qui ondulent leur chant comme la mer ses caprices, par ses violons que caressent les archers. Pour aussi Leprest, présidant à son récit, le voyant vivre à ses côtés. On nage de bonheur, on se noie dans les bons sentiments, peut-être, dans l’idéal d’une mer apaisée. Mais dieu que c’est bon d’ainsi boire la tasse, d’imaginer de tels lendemains qui chantent. D’enfin les entrevoir…

Publicités

13 mai 2010. Étiquettes : , , . Mes nouvelles Nuits critiques.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :