Utgé-Royo – Ferré, mêmes combats

« Lorsque j’ai rencontré Serge Utgé-Royo il y a quelques années, j’ai été très touchée par sa passion pour Léo. Déjà grande admiratrice de sa carrière d’artiste aux yeux et au cœur ouvert, j’ai pressenti qu’il aurait la volonté, la force et le talent de consacrer tout un album aux chansons de Léo. » Marie-Christine Ferré.

En concert à L'Européen, à Paris, les 21 et 22 novembre, à l'occasion de la sortie de cet album

Au chapitre des possibles repreneurs de Ferré, le nom d’Utgé-Royo est une rare évidence. Ça reste en famille (c’est d’ailleurs la famille Ferré qui a proposé à Utge-Royo une tel enregistrement et le co-produit), de ceux qui lèvent le poing en chantant. C’était une incongruité que Serge Utgé-Royo ne se soit pas encore mis l’anar monégasque en bouche ; c’est presque non surprise qu’il vienne effectivement de le faire. Par un bel album à la présentation soignée, qui plus est généreux de titres : dix-sept au total. N’y sont retenus que des titres « d’amour et de révolte », de Pauvre Rutebeuf aux Anarchistes, de Ni dieu ni maître aux Poètes, belle tranche de Ferré soit dit en passant. Et L’Affiche rouge et Madame la misère… Longtemps le chant de Ferré fut obsédé, inquiet de celui des exilés espagnols, tous victimes du franquisme. Qu’il se retrouve à présent par la voix d’Utgé-Royo tombe sous le sens. Le timbre vocalise différemment, parfois tente quelques roucoulades, d’imparables séductions comme le beau Serge sait et aime les faire. Sobres et somptueux arrangements. Et pléthore de musiciens (et de choristes sur L’Age d’or, parmi lesquels Henri Courseaux, Christiane Courvoisier et Pierre Margot) pour, non une superproduction, mais une production des plus soignée, à l’image et à l’estime de l’auteur, proportionnelle à la passion.
Très bel album, vraiment, touchant même, qui, s’il nous ramène Utge-Royo le catalan au premier plan, sera, je vous en fiche mon billet, boudé, ignoré par les médias. Qu’importe, on le vendra sous le manteau.

Le site de Serge Utgé-Royo.

Publicités

3 novembre 2010. Étiquettes : , . Lancer de disque.

2 commentaires

  1. Odile replied:

    Je viens juste de commander « sous le manteau », cet album.
    Serge qui chante Léo, c’est un magnifique cadeau!
    Et je sais que ce sera très beau!
    A bientôt de vous lire
    Odile

  2. Eric Nadot replied:

    Serge fêtera la sortie de ce CD à l’occasion de 2 concerts parisiens à l’Européen les 21 et 22 novembre 2010.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :