Capart, cas particulier

Louis Capart (photo Nathalie Gautier-Lerouge)

Il a la fière et romanesque allure d’un barde. Et chante depuis presque trente ans, surtout dans sa Bretagne à lui, parfois dans la Capitale. Souvent ailleurs, en Turquie, aux USA comme en Russie, à Sydney comme à Seattle. Et en Allemagne où il a le public qui lui manque, insolite ironie, dans l’Hexagone. Et dans les pays celtes, où on sait le grand qu’il est. Sa voix est enchantement, chaude, prenante, parfois poignante. En trente ans il n’a commis qu’un tube, pas un de ces trucs creux qu’on balance sur les ondes martyres, non : un qui se reprend aux lèvres du passant et qu’à force d’entendre chanter, on ne sait plus qui l’a écrit, ni à quelle époque. C’est Marie-Jeanne-Gabrielle que même Tri Yann a collé à son répertoire. Un grand classique.
Louis Capart, c’est de lui qu’il s’agit. Ce breton de l’île de Sein vient de nous sortir une première intégrale, celle de ses « premières chansons », de Marie-Jeanne-Gabrielle justement à Berlin. Inclus bien sûr les chansons de l’album Patience qui avait obtenu le Grand prix de l’Académie du disque Charles-Cros, ce qui n’est pas une paille. Les chansons de Capart de sont belle construction, de bonne constitution. Calmes et fluides, un peu comme la mer qui baigne son île, son Sein nourricier. Qui parfois tempête…

"Marie-Jeanne-Gabrielle / Entre la mer et le ciel / Battu par tous les vents / Au raz de l'océan / Ton pays s'est endormi / Sur de belles légendes / Illuminant son histoire / Gravées dans la mémoire / Des femmes qui attendent / Les marins d'île de Sein"

Qu’il ne m’en veuille pas, mais j’aimerais citer ici l’ami et collègue Jean Théfaine. Extrait du livret : « Avec sa tête de troubadour à la barbe policée, Louis Capart n’aurait pas déparé une fin de gente ripaille à la cour des rois anciens. De sa voix chaude de chevalier vaillant, il aurait chanté Marie-Jeanne-Gabrielle et les dames auraient battu des cils pour dire leur bonheur. La chanson, c’est vrai, aurait un peu surpris. Car c’est de nos années à nous que parle Louis Capart, en mots justes et pudiques, en notes ruisselantes, en mélodies belles et graves. De Sein, la terre de ses parents, mais aussi de Ménilmontant, où il est né. De Saint-Denis à l’ombre des cheminées. Du présent têtu. De la vie qui va et qui bat. Des hommes, ses frères, tout simplement. Loin des fureurs électriques, voici qu’entre le baladin. Chut, écoutez… »
Voilà, la chanson est dite. Qu’il nous faut (re)découvrir…

Louis Capart, Premières chansons – L’intégrale, 41 titres, 2010, distribution Keltia-musique

Le site de Louis Capart.

21 novembre 2010. Étiquettes : . Lancer de disque.

2 commentaires

  1. Jean Lapierre replied:

    Il est quand même toujours étonnant que nous soyons – nous chanteurs – accueillis à bras ouverts à l’étranger. J’en ai fait l’expérience… En même temps la chanson fait voyager… La résistance continue !
    « Et t’as les yeux sous la lampe bleutée
    En exil là dans ton propre pays
    Caché tel un résistant sans fusil
    Veillant tes mots comme un’ grande armée
    Oh ! Passons en zone libre
    Passons en zone libre… »
    Jean Lapierre

  2. Thefaine Jean replied:

    Merci pour la citation, cher Michel! Je vais, de ce pas, partir en quête de l’intégrale, vol 1, dont tu parles.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :