Valérie Barrier, pain Béni de la chanson

Dans la famille Barrier, je voudrais la fille (DR)

Avouez qu’elle a de qui tenir. Sa maman fut une de ces « Parisiennes » de la chanson (vous savez, Il fait trop beau pour travailler, L’argent ne fait pas le bonheur…), quatuor que les moins de quarante ans ne peuvent pas connaître. Son papa (toujours en exercice) est ce chanteur un rien iconoclaste et fantaisiste, ce Ricet à la poupe naviguant sur une chanson décontractée. De l’union d’Anne Lefébure et de Ricet Barrier est donc née un beau jour Valérie Barrier. Qui, hasard ou destinée, est devenue à son tour chanteuse. Ça doit être l’instinct de survie plus que la promesse des joies de l’intermittence : aussi vrai que les chiens ne font pas des chats, les artistes ne savent vraiment faire que des artistes.
Et Valérie chante. Pas précisément dans l’humour ou la gaudriole d’ailleurs. On ne rit pas à l’écoute de Béni, la chanson titre du nouvel album (en lire la critique sur le Thou’Chant). Tout au plus on sourit tendrement, pour faire digue à la pure émotion. Pas du tire-larmes, non, mais un sujet sensible, enfant trisomique qui ne fera pas de vieux os, que Valérie Barrier traite avec une humanité rare et un angle d’attaque plutôt intéressant. C’est un titre parmi d’autres, mais il est symbolique de l’œuvre de Barrier : des textes bien écrits, interprétés avec grand talent. Barrier parle des gens, de ceux de tous les jours, dans une simplicité désarmante, de ceux qu’on croise dans la rue ou au troquet. De leurs émotions et de leurs joies, de leurs tracas, de leur histoire. D’une prise de vie et de voix très classique (elle fut jadis élève du Petit conservatoire de la chanson de Mireille), elle photographie du stylo et restitue au micro d’un grain très fin. Sa chanson sent la vie à plein nez, à plein poumons. C’est de la belle, de l’excellente chanson. Que nous ne pouvons passer sous silence.

Son dernier album, Béni (Mistiroux productions) est distribué par L’Autre Distribution. Le site de Valérie Barrier.

Publicités

20 janvier 2011. Étiquettes : . Lancer de disque.

One Comment

  1. Odile replied:

    Je ne connaissais pas la chanteuse, Valérie Barrier, fille de Ricet.
    Je vous remercie Michel, pour cet article, qui me donne encore l’occasion de découvrir des talents très cachés.
    j’aime beaucoup son CD Béni.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :