Hallyday inscrit aux Célébrations nationales

Il y a cinquante ans sur la scène de l'Olympia. (photo DR)

Après l’épisode Céline qui l’a fait revoir sa copie, le Recueil des célébrations nationales 2011 est paru. Il est disponible sur le net.
Je voulais y vérifier la scandaleuse absence de l’anar chansonnier Gaston Couté, disparu en 1911 (lire NosEnchanteurs). Il n’y est effectivement pas. L’État oublie ce génial poète qui, au demeurant, l’a conchié si souvent que de ne pas être couché dans ce guide officiel est en lui-même forme de reconnaissance. Couté n’y est donc pas. L’histoire officielle et les beaux-arts ne le retiennent pas.
Mais Hallyday si. Si, si.
L’aqueu Johnny a ceci de fascinant qu’il sait être de partout. Dans l’actualité de tous les jours c’est sûr, le matin parce qu’il va défuncter et que déjà l’État s’active pour le deuil national, le soir parce qu’il bande encore ; le lendemain pour des colères ou des amours, des contrats ahurissants, pour des procès, des chagrins en quadri sur papier glacé, des évasions fiscales, des redressements fiscaux, des amitiés politiques toutes dans le sens du libéralisme, des retrouvailles, des tournées, du théâtre, du cinéma, des émissions télé, des nouvelles collaborations, même un récent plagiat, aaah… Il est de tous les coups, il est de partout, occupant tous les champs (les chants ?) de l’espace médiatique. À-t-il lui aussi plusieurs vies pour en faire tant, l’a-t-on cloné ?
Il n’est pas tout à fait mort que l’État va (quand même) célébrer notre hallydesque Jean-Philippe Smet, l’idole des toujours jeunes : il est sur la liste des célébrations. À quel titre ? Le cinquantième anniversaire de son premier Olympia, le 21 septembre 1961. Ben voyons ! Notre président petit, tout petit, pourra célébrer son copain redressé fiscal et néanmoins contribuable suisse aux frais de la princesse. Promesse de pas mal de passages télé, et ça c’est bon pour l’opinion.

C’est par un papier (refusé ailleurs) sur Hallyday qu’est né ce blog. Qui collectionne bien d’autres articles sur notre héros national. C’est ici.

Publicités

8 février 2011. Étiquettes : , . Saines humeurs.

One Comment

  1. Enora MONFORT replied:

    Que rajouter à ce navrant constat ? Peut-être que Johnny n’est sans doute plus qu’un pur produit commercial et ne peut donc se placer dans la catégorie des « chanteurs », alors… laissons les morts célébrer leurs morts dans cette grande farce que nous sommes bien obligés d’appeler « notre » société… Et que vive l’immense talent de Gaston et de ses nombreux pairs ! Merci, Michel de nous le rappeler régulièrement.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :