Carla, pas avant 2012

Attendre plus d'un an la sortie de son nouvel album, c'est risquer la faillite de l'industrie discographique (photo DR)

« Toi, l’épouse modèl’, le grillon du foyer / Toi, qui n’as point d’accroc dans ta robe de mariée / Toi, l’intraitable Pénélope… »

Bravaches, ils disent vouloir encore tout réformer, comme si, dans leur bouche, le mot « réforme » le disputait à celui de « bonheur » ou de « progrès social ».
Il nous faut plutôt s’attendre à une année de rien, faite de discours, de « débats » qui brassent l’air histoire d’occuper l’espace, de promesses et de fermetés qui n’engagent que les électeurs qui y croient encore.
Oseront, n’oseront-il pas ? Le roi est nu, est nul aussi, et le moindre de ses gestes le plombe plus encore dans les intentions de vote. Alors on remet tout à après 2012 comme, honteux, on cache la poussière sous le tapis, comme si l’on n’était plus fier d’être le robin des bois à l’envers qui prend à la bouche de l’affamé de quoi faire bombance au nanti.
On est prié de ne plus rien faire, programme mini chez les ministères, de peur que ça ne nourrisse les aigris, ceux de gauche et ces autres d’une prétendue marine.
Ne faites rien, n’en faites rien, on retient son souffle… Pour peu on entendrait un missile voler sur le ciel de Tripoli.
Même Carla, épouse modèle, grillon du foyer, est sommée de remettre au lendemain ce qu’elle peut chanter le jour. La nouvelle est tombée, cruelle, injuste, privant ses cohortes de fans de leur gâterie attendue : le quatrième album de Carla Bruni, c’est pour après les élections présidentielles, pas avant, afin de ne pas surajouter au malheurs, aux erreurs et aux horreurs de son divin mari petit.
Déjà que Bertignac venait de déclarer ne plus pouvoir travailler avec l’ex-modèle, de peur d’être étiqueté, assimilé à cette droite qui marine dans un nauséabond marigot. Lasse et résignée, la première dame dépose armes et guitare des fois qu’on lui en serait gré, des fois que, pour la remercier, on voterait pour monsieur son tout petit.
Car là est la question : à tout prendre, vaut-il mieux un carlabrunesque album ou son Nicolas qui inexorablement, pitoyablement, s’enfonce dans le brun ?

Publicités

1 avril 2011. Étiquettes : . Saines humeurs.

4 commentaires

  1. cozette replied:

    L’album de cette fan des droitistes ne va pas me manquer beaucoup !
    Bel article !

  2. Réjanie13 replied:

    En tant qu’artiste je trouve qu’elle ne casse pas trois pattes à un canard et qu’elle soit ou pas 1ere dame de France ne change rien à mon jugement.
    Bon je dirais peut-être merci à monsieur de nous épargner les sérénades de madame… peut-être mais bon ça ne fera quand même pas de moi un électeur pro-Nicoléon pour autant ^^

  3. joan replied:

    Cette nunuche sans talent de Carlita a naguère osé reprendre « Fernande » de Brassens (vidéo disponible sur le web) réussissant l’exploit de rendre obscène une chanson qui ne l’était pas !

  4. Gilles Liobard replied:

    OUF !!!!!
    Y’a assez de catastrophes et de guerres en ce moment…
    Et puis y va falloir bientôt se fader « Carla actrice » !!!!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :