Le singulier théâtre de la vie de Claire Jau

Autodistribution à nouveau pour Claire Jau. À trouver donc sur les lieux de concerts de la dame ou sur le net, pistes que les amateurs de chanson, les vrais, connaissent bien… C’est dommage parce que cet album est un très joli (re)commencement. Après deux disques où Claire Jau (ex-Claire et ses radis pour le premier) confiait ses textes à autrui, nous la découvrons en auteure et c’est plus que probant. Le stylo est habile et trousse des ambiances troubles, interlopes. Gamine en proie à l’émancipation, elle dégage des envies de violence et de sadisme, charcutant ses sentiments filiaux de tranchant, de contondant. Ailleurs, elle trucide la gouvernante. Sirène, elle interprète d’envoûtantes mélodies. Aventurière, elle apporte la civilisation aux « sauvages ». Chauffarde, elle outrage les agents… Jolis tableaux ! Il n’y a pas pour autant une thématique particulière à cet album mais une ambiance. Et des grincements de dents. La dame se lâche et semble exulter par des propos plus aigres que doux, ravageurs, où le verbe et bien souvent le geste se conjuguent à l’encontre de. C’est grossier, c’est osé, souverain, sadique aussi, ça tue ici, ça outrage là, ça fait du bien tant de le penser que de le dire. Nous sommes ici dans un petit théâtre de la vie, où la dame force un peu le trait et cyanure un peu ses vers. C’est du film noir, une dramaturgie à couper au couteau, qui nous révèle le côté actrice de cette chanteuse, se drapant de rôles peu avouables dont elle sort (encore) grandie. Il y a un peu de ces cabarets d’antan en Claire Jau, expressionnisme renouvelé dans lequel elle excelle. Ses rimes sombrent dans le sombre, chaque plage est en soi une dramaturgie alambiquée, rôle cousu main, chanson de haute couture qu’elle enfile comme des perles, sensibilité incluse. Ce disque est autant dépaysement (car il joue dans d’autres cours que celles de la plupart des chanteuses du moment) que pur ravissement. D’où le titre, sans doute, qui emballe le tout : « Ça fait du bien ». Beaucoup de bien ! C’est un des disques les plus enviables du moment.

Claire Jau, Ça fait du bien, 2010, autoproduit. Le site de Claire Jau.

(J’ai eu l’occasion de chroniquer par deux fois cet album ces derniers mois. Une fois sur le Thou’Chant, l’autre sur Le Petit format du Centre de la chanson. Ce billet est la compile des deux chroniques)

19 juillet 2011. Étiquettes : . Lancer de disque.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :