Histoire de faussaires…

Qui est in, qui est out ? (photo DR) (ces sosies-là ne sont pas forcément les bons mais c'est vrai que, peu ou prou, ils se ressemblent tous...)

Un fait d’hiver dans l’actu d’aujourd’hui… Rappelez-vous le film « Podium » qui met en scène des faux Cloclo(s) et un faux Polnareff. Là, à Epinal, on est dans le vrai, à savoir la vraie vie, et un drame même pas simulé.
Ce sont deux spinaliens (c’est ainsi qu’on nomme là-bas les autochtones). L’un, Michel, 50 ans, est sosie de l’aqueu Johnny ; l’autre, Denis, 46 ans, pâle copie de Gainsbourg. Ça participe à leur identité, à leur fonction sociale, à leur reconnaissance. A force de fréquenter les mêmes lieux, de s’exhiber dans les mêmes spectacles, les mêmes concours d’imitateurs, comices agricoles et autres manifestations cantonales, ils se connaissent. Trop bien. Et ses deux-là nourrissent des rancoeurs entre eux, des rivalités, des haines cuites et bien recuites, même si chacun, par définition, reste cantonné dans son rôle, dans son répertoire, l’un comme éternel poinçonneur des Lilas, l’autre qui a oublié de vivre. C’est du « Je t’aime… moi non plus » au kilomètre. Johnny a de plus le don de balancer a tout va des vannes que ne supporte pas Gainsbourg qui, au moins en ce sens, diffère de l’original : pas une once d’humour, ce fumeux fumeur de gitanes…
Au début de ce mois, Johnny se voit embauché pour entretenir les parties communes du lotissement où crèche justement Gainsbarre. Aïe ! C’est depuis et chaque jour querelles sans fin, au moindre prétexte. Rebelote encore samedi dernier : Gainsbourg, de sa fenêtre, se moque d’Hallyday qui, alors, tond la pelouse. L’aqueu Johnny lui fait une réponse très rock’n’roll, comme il sait les faire. Que le beau Serge, vieille canaille, n’a pas eu l’heur de vraiment apprécier. Aux armes, etc ! Il est descendu avec un couteau et le lui a planté dans le cou. Il y a, comme on le sait, un bon dieu pour Hallyday qui, malgré la gravité de la blessure, a réussit à s’enfuir. L’original n’aurait pas fait mieux. Les jours du clone ne seraient pas en danger.
Et c’est pour Gainsbarre bis que s’ouvrent « Les portes du pénitencier ». Il encoure trente ans de prison pour tentative de meurtre. Pour longtemps à l’ombre, pas « Sous le soleil, exactement ».

27 juillet 2011. Les événements.

One Comment

  1. Swing replied:

    je me demande si ce sosie de Gainsbarre ne mériterait pas qu’on lui offre http://www.youtube.com/watch?v=VJfDZ_35Fhg&feature=related

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :