Béa Tristan, un bon moteur et pas de rétroviseur

Béa Tristan, en tous points unique (photo DR)

De nouveau « dans le circuit », après long silence de presque quatre décennies, Béa Tristan poursuit son étrange voyage entrepris à son retour, en 2007, par le magnifique album Les palissandres, énigmatique et envoûtant road-movie. La même voix, ample, incroyable, envoutante, obsédante, prend la même voie, « voie lactée des anges déchus », magnétique, nous dévoilant chaque fois un peu plus son univers, sa part de vérité, de réalité. Les routes ne procèdent que rarement à son imaginaire : « ce qui ferait mon bonheur : un bon moteur et pas de rétroviseur. »
Le moteur était chaud, la mécanique intacte, la carrosserie pas carrossée, et c’est déjà (enfin ?) un deuxième tour de piste en son circuit ni parallèle ni perpendiculaire, simplement autre : « Trouves-moi une bagnole qui route vite, vite. » Autre opus, donc, et même magie que ce Mr Mécano, dans ses entrelacs de mots et de vies en mouvement, ce spleen et ces turbulences, dans ces sentiments, cette poussière bue, ces kilomètres avalés. Il y a, chez Béa, comme un paradoxe chanté : le mouvement s’allie au contemplatif. Même sans Ry Cooder, on est un peu chez Wenders, Paris Texas… Ses chansons y ont cette ampleur, ce champ, ce grand angle, ces plans américains. Ces Texaco posés au milieu de nulle part. Et cette poussière qui vous pique les yeux, vous pénètre l’oreille. Il y a cette voix énigmatique et fatiguée d’avoir sans doute trop crié à la vie, envoûtante comme jamais, évidente comme toujours. Qui vous hante, vous obsède, longtemps après l’écoute. Et cette mélodie des mots, cette stupéfiante musicalité, cette nostalgie qui n’est pas vôtre mais vous imprègne pareillement, litanie joyeuse et douloureuse, poisseuse et fluide à la fois. Etrange, en tous points unique.
Rien, dans la chanson, n’est équivalent à ce que fait et chante Béa Tristan, rien. Elle est sans famille, sans rien. Juste du cambouis, de la gazoline, des paysages qui défilent et la narration passionnée, passionnante, d’un style de vie qui imprègne et poisse des chansons de future anthologie. Une pure merveille, un vrai bonheur !

Béa Tristan, « Mr Mecano », 2011, autoproduit. Le site de Béa Tristan. (ce billet reprend pour partie les chroniques rédigées pour Le Petit format et pour le Thou’Chant). Concert de Béa Tristan le 21 octobre à Viricelles, dans la Loire (réservations au 04.77.54.98.86).

Publicités

10 août 2011. Étiquettes : . Lancer de disque.

Laisser un commentaire

Be the first to comment!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :