L’homme à tête de Bashung

Il y a plus de deux ans, NosEnchanteurs consacrait un billet à L’homme à tête de chou, ballet du chorégraphe Jean-Claude Gallotta d’après Serge Gainsbourg, créé à la MC2 de Grenoble puis présenté sur Paris et en tournée, avec un succès jamais démenti tant que ce ballet tourne toujours. J’annonçais, certes avec un peu beaucoup d’avance, la sortie discographique de la BO de ce spectacle, bande originale créée par Alain Bashung. Que, mieux vaut tard que jamais, Universal publie enfin, après sans doute avoir beaucoup tergiversé.
A l’origine, Bashung devait chanter en direct, sur scène, au milieu des danseurs. La maladie l’en empêchera et il enregistra la partie chantée en deux jours, fin 2006, avant même d’envisager la musique pour laquelle il a cependant donné quelques indications. Les fidèles de l’oeuvre gainsbourienne seront quelque peu décontenancés par cette version, la diction d’Alain Bashung s’éloignant de l’original…

« L’histoire de L’homme à tête de chou est celle d’un quadragénaire qui tombe amoureux d’une shampouineuse délurée. Le narrateur rencontre la jeune fille dans le salon où elle travaille (Chez Max coiffeur pour hommes), l’album décrit les sentiments des amoureux (Ma Lou Marilou) et leurs jeux érotiques (Variations sur Marilou) pour se terminer sur l’assassinat de Marilou par son amant jaloux (Meurtre à l’extincteur, Marilou sous la neige) et la folie de ce dernier qui s’ensuit (Lunatic Asylum). Malgré d’excellents titres, les plus connus de l’album, L’homme à tête de chou, Marilou Reggae, Marilou sous la neige et Variations sur Marilou, l’album ne connaîtra pas le succès escompté à l’époque et attendra quelques années plus tard pour être réhabilité en étant considéré comme une œuvre influente du paysage musical français et redécouvert par un public plus jeune » (source Wikipédia).

Lire le billet d’il y a deux ans sur ce spectacle : c’est ici. Le site de Bashung, c’est là.

Publicités

12 novembre 2011. Étiquettes : , . Lancer de disque.

3 commentaires

  1. Frédéric Corvest replied:

    C’est un bonheur que cet opus soit enfin sorti dans les bacs.

  2. francishebert replied:

    À mon avis, si la maison de disques a hésité c’est uniquement pour trouver le moment opportun pour en vendre le maximum. Cette sortie a sans cesse été repoussée.

    Finalement, la version bashunguienne est assez semblable à la version originale. Seules quelques fioritures musicales les différencient, mais il faut bien prêter l’oreille. Bashung aurait certes pu faire beaucoup mieux, lui qui excelle parfois dans les reprises (Les mots bleus).

    Quelle de votre billet est inspirée par Wikipédia ? Ce n’est pas clair…

    Réponse : Le dernier chapitre, désormais entre guillemets. MK

  3. joan replied:

    La version de Bashung est très honorable, même si non indispensable. Refaire un chef-d’oeuvre est toujours délicat (en tout cas c’est autre chose que les opus des fils et filles de « L’homme à tête de chou » !)
    On peut y voir de sa part un hommage à Gainsbourg qui avait signé les paroles de « Play Blessures », un des 5 ou 6 meilleurs disques de rock français, avec « BBH 75 » d’Higelin, « Les Barbares » de Lavilliers ou « La mort d’Orion » de Manset.
    Je regrette d’ailleurs que Bashung n’ai pas eu d’autres paroliers de cette trempe, les Bergman et Fauque ayant rarement dépassé le niveau de l’almanach Vermot ou le calembour de circonstance,raison pour laquelle il n’est pas sûr que son oeuvre passe l’épreuve du temps.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :