Jules & Jo, belges sans limite

Jules & Jo, visuel pour la pochette (photo Alice Piemme)

Lui est rouquin et accordéoniste. Et normand, exilé on ne sait pourquoi dans la cité du Manneken-pis, chez ces belges qui se cherchent depuis des lustres de quoi et de qui gouverner. On le nomme Jules, même si son blaze d’origine c’est Matthias Billard. Pas le billard à bandes, non, mais à bretelles. Elle c’est Jo, même si c’est pas vrai non plus : c’est Julie Legait pour l’état civil, qui polyinstrumente avec talent, à la guitare comme au derbouka, à la calebasse comme aux claves, au charango, au tom et même avec ses mains et sa bouche. Pour vous les situer un peu, rappelez-vous la prime version de Presque Oui, quand Thibaud Defever partageait la scène et le disque avec la regrettée Marie-Hélène Picard. Jules & Jo, c’est presque pareil, d’une même veine : « de la chanson d’anticipation à la farce amoureuse, du conte tragique à l’éloge culinaire, de l’épopée historique au récit érotique. » C’est d’une fraîcheur contagieuse, « décapant, loufoque et attendrissant » comme il est écrit sur le dossier de presse. La Jo fait feu de tout bois sur ses trucs à faire du bruit pendant que son Jules tripote les touches de son accordéon et les mots, les agençant de singulière manière. On est parfois, souvent, dans l’absurde, le non-sens mais jamais sans poésie, tendresse à fleur de peau. Il y a du Sttellla en eux, du Bourvil aussi, un univers un rien barjo dans un duo acoustique dominé par la voix de Jules. Carnage au supermarket (Quand notre caddie fait boum) ou vénération du caca de l’aimée (Le trophée), propos et propositions crus chez la fromagère comme chez la policière ou chanson à la gloire des nouilles au beurre (en piste cachée), on va d’une surprise à l’autre par ce duo sans limite. Mais pas toujours sur le même ton. Quand arrive Papi a mis fin à sa vie, on est dans un autre registre, où le diatonique étire sa nostalgie. C’est tout aussi beau.
Duo étrange que ces deux-là, à découvrir il va de soi. Aussi incongrus qu’un poil de cul dans la soupe, certes. Mais le potage est singulièrement bon.

Jules & Jo, Le trophée, 2011 ; le site de Jules & Jo, c’est là.

21 décembre 2011. Étiquettes : . Lancer de disque.

5 commentaires

  1. Marquet replied:

    Merci, c’est une découverte pour moi.
    Chez les Belges, on ne nous parle jamais de Julos Beaucarne et pourtant…quelle merveille !

  2. Papa Momo replied:

    Prix du public Trophée Poèmélodies 2010, programmés aux Poèmélodies 2011, ils ont littéralement conquis et enflammé le public. Jeunes et talentueux, à voir absolument sur scène, tout ce que nous cherchons chaque année à faire découvrir à notre public. L’édition 2012 aura lieu les 20 et 21 Juillet sous la Halle de Laroque-Timbaut (47)

  3. julesetjo replied:

    Un nouveau (et vrai) site internet de Jules & Jo, verra le jour dans les prochains jours… Joyeuses fêtes et à bientôt…

  4. Sneyers Martine replied:

    J’attend le site avec impatience

  5. Manu DVDLC replied:

    Duo étrange et tellement bon !
    Joli site, clap clap Matthias
    Et merci Michel pour ces mots justes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :