C’est la même chanson (mais la différence c’est…)

C’est y est, vous êtes prêts ? Cloclo de partout, comme s’il en pleuvait ! Singin’ in the rain. Pas une soirée sans émission télé, et le biopic Cloclo (notre photo) réalisé par Florent Emilio Siri, qui sort ce mercredi, déjà dans toutes les bouches, dans tous les flashs d’info. Ah ! la belle bouffée d’air ! Parler de Claude François parce qu’on se sait plus rien de la chanson, comment elle nait, comment elle vit, comment elle meurt, parce qu’on l’ignore superbement au quotidien. Comme ces rigolos des Victoires de la musique qui se gourent de mort et célèbrent Maurice Barrier (acteur bien vivant) en lieu et place de Ricet, et privent l’Allain (Leprest) d’une de ses « L ». Ignorance coupable et total mépris des « professionnels de la profession. » Des minables, des zéros ! Des qui vivent en vase clos et font la respiration artificielle à une chanson notoirement consanguine.
Là, avec Claude François, pas de risque. On célèbre du solide, de l’inoxydable, je n’ose dire de l’électrisant.  Et l’industrie discographique peut espérer se faire encore pas mal de blé, se donner l’illusion de juteux profits comme aux temps bénis désormais révolus. Que n’ont-ils pas encore créé le clone parfait, lui et ses clônettes aux longues jambes pile poil épilées, un autre robot à décerveler, à chanter Le lundi au soleil pour faire oublier le mardi à Pôle-emploi ?
Entre nous : laissez de côté ce biopic-là. Et, quitte à faire, retranchez-vous sur le dévédé de Podium (film de Yann Moix, en 2004), à mon sens un des films les plus savoureux qui soient. Qui parle de l’idole, certes. Claude François en est quand même le fil rouge : Benoît Poelvoorde en fait profession. Qui parle de ces gens qui vivent leur vie par procuration, sosies d’un mythe, à vivre au plus près l’existence de leur idole, à ramasser les miettes de leur renommée, à rassembler à eux les bravos qui ne leur sont pas tout à fait destinés. Un film émouvant, sensible, bouleversant même. Un film utile, dont voici, pour le pur plaisir, la bande-annonce :

Publicités

10 mars 2012. Étiquettes : , . Divers, Les événements.

5 commentaires

  1. patonze replied:

    Je peste contre ce matraquage réalisé sur toutes les chaines,principalement de France Télévision.
    Tous les jours,c’est du CLOCLO.
    Ca ne coute pas cher et Les DRUCKER et consorts sont parties prenantes dans les intérets de la famille FRANCOIS.
    Et que dire de l’émission insipide les samedis après midi avec la charmante ISABELLE MORISSET flanquée de l’inamovible HENRI JEAN SERVAT.
    servants à toutes les sauces les idoles telles que DALIDA,MIKE BRANT,C.JEROMEet autres pensionnaires du paradis des artistes!

  2. FESTIV'ART replied:

    Je souhaite juste me souvenir du premier 45 tours qui m’ ait été offert avec « Belles, belles, belles »…un parfum d’adolescence …juste ça : « Un jour mon père me dit fiston … » Une petite sœur venait de naître à la maison et les yé-yé allaient être mon paysage sonore .. avant que mes études de Lettres ne m’ouvrent d’autres portes… A cela on ne peut rien ! C’est de l’Histoire … celle de la chanson et c’est la mienne…Ce monde d’aujourd’hui qui s’en met plein les fouilles avec ce Claude au destin plus que singulier n’atteint pas mes sensations, mes souvenirs … J’aimerai toujours danser sur « Alexandrie, Alexandra », avec mes grands enfants qui la connaissent pas cœur, et avec mon petit-fils qui s’y met aussi…
    Pour certains d’entre nous la vie est si terne, si triste que j’aimerais pouvoir leur insuffler l’énergie d’un Cloclo en paillettes, bondissant avec des filles aux jambes sans fin …Et ma foi, s’il peut encore fait cet effet-là … !

  3. Gérard DEBARD replied:

    Pour ma part, je possède un téléviseur qui comporte un bouton « Arrêt ». Grâce à lui, je n’ai vu aucune des émissions que vous regrettez d’avoir vues. Pourquoi passer tant de temps et d’énergie à dénigrer ce que vous n’aimez pas. Souvenons-nous de François Béranger « La haine ça mine / Alors que l’amour ça détend / Ca rend jeune et beau tout le temps. » »
    Gérard DEBARD

  4. Dominique Babilotte replied:

    J’ai beaucoup aimé « Podium » et je me demandais si c’était normal ! hihi !
    Je suis heureux que Michel partage cette émotion.
    La semaine prochaine je vais voir Michel Bulher dans un petit lieu en Bretagne et ça aussi ça me remplit de joie.

    Dominique
    Avez vous parlé du très bel album de Jamait ?

  5. Papa Momo replied:

    Je n’ai jamais supporté Cloclo et ses Clodettes. La voix, les pas de danse, les costumes à paillettes, les belles gambettes, rien ne m’a jamais intéressé. Hormis « Comme d’habitude », le tube planétaire qu’il a écrit, une chanson qui tient quand même la route ! Néanmoins, Il faut reconnaître que c’était un bon chanteur populaire, qui a beaucoup bossé pour arriver au sommet de cet art de divertissement destiné au plus grand nombre.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :