Crime de lèse-Hallyday

Poï poï ! pauvre Enrico Macias, seul chanteur (avec l’inénarrable Didier Barbelivien et l’immodeste Carla Bruni) à soutenir encore le petit candidat-président lors de son meeting de l’autre dimanche à Villepinte. C’est que, de Doc Gynéco à Faudel, il en manquait de ses collègues depuis la dernière fois… Désenchantés sans doute, déçus du faible retour sur investissement. Il manquait même et surtout l’aqueu Johnny, pharaon de la variétoche et phare de la chanson, qui brillait par son absence. Il valait d’ailleurs sans doute mieux pour lui qu’il soit ailleurs.
Car, souvenez-vous, c’est quand même pour notre idole des jeunes que Sarkozy, fan de chez fan, a cassé de la manière que l’on sait le bouclier fiscal et ainsi tari une source de revenus de l’Etat. Pour le faire revenir en France, lui qui avait quitté l’Hexagone pour la Suisse où on paye (beaucoup) moins d’impôts, surtout si on est riche.
L’ingrat Johnny, à qui Sarko a même offert un concert parisien généreusement payé par les contribuables que nous sommes (deux millions d’euros, une paille), n’est jamais revenu de ce pitoyable exil. Sauf pour faire son beurre dans l’Hexagone. Sa morale est indexée à ses intérêts et le fric est apatride. Chez ces gens-là, monsieur, on n’vit pas, on compte.
Et voilà que, magie électorale ou rédemption divine, Sarkozy, par ailleurs doublure lumière de la Le Pen, se converti au Mélanchisme, rien que pour faire bisquer Hollande et troubler le jeu. Notre président-candidat veut désormais taxer ces exilés fiscaux, qualifiés de tous les maux, qu’il a tout de même choyé cinq ans durant avec grand luxe. Rien que ça. C’est du crime de lèse-Hallyday ! Comment voulez-vous que Johnny il s’en sorte, lui le criblé de dettes, lui qui a déjà bouffé depuis longtemps l’ahurissante avance de sa nouvelle tournée d’adieux de cette année, lui qui entretient à grand frais plusieurs domiciles et autant de maisonnées, lui qui vit dix crans au-dessus de ses moyens et dont le dernier disque, celui concocté avec Matthieu Chédid, a fait un bide amplement mérité : Johnny est dans le -M- (il a même perdu son juteux contrat avec Optic 2000) et Sarko son ami l’enterre plus encore, tout ça pour reconquérir l’électorat populaire qui, en temps normal, idolâtre le chanteur abandonné. Comprenne qui peut. Vote surtout qui peut !

Petits problèmes techniques en ce moment sur NosEnchanteurs : il est très difficile voire impossible de poster des commentaires. Si vous échouez dans vos tentatives, envoyez votre commentaire ou sur ma page facebook ou par mél : michel.kemper@laposte.net

Publicités

17 mars 2012. Étiquettes : . Saines humeurs.

6 commentaires

  1. henri replied:

    Essayons quand même… Le pauvre Johnny ! Il est déjà bien avancé (comme la viande!) Vous voulez le finir ou quoi ? On ne tire pas sur un homme à terre, c’est indigne.

    Réponse : Oui, Henri, mais soyons humains. Si on veut que le Président Sarkozy préside aux funérailles nationales de l’aqueu Johnny, il nous reste peu de temps, 6 mai dernier délai avant le Hollandais. Alors précipitons les inéluctables choses de la vie et faisons ce plaisir à Nicolas… MK

  2. Laffaille Gilbert replied:

    test commentaire

  3. henri replied:

    Je rigolais, mais enfin, c’est consternant d’en arriver là. Je ne suis pas un fan habituel de Jojo. Certaines de ses chansons me restent en mémoire, du fait de leur passage fréquent sur les ondes : « J’ai un problème » entre autres, ou « Que je t’aime ». Il y a une 20 taine d’années, j’avais apprécié « Quelque chose de Tenessee », pensant naïvement « il a changé ».
    Je ne connais pas Johnny au cinéma où, selon certains, il est assez convaincant. Il me semble surtout être une star sur le déclin depuis un bon moment, pris entre ses histoires de femmes, de fric et de sante qui débloque. Je crois que je vais faire comme pour Chirac : laissons le s’éteindre tranquillement. Les preéentes colonnes nous prouvent de manière régulière qu’il y une galaxie « Chanson » bien plus digne d’intérêt que les strass de la chanson a paillettes.

  4. Gérard DEBARD replied:

    Quel intérêt de parler de Sarkozy ou de Halliday ? Gardons notre énergie pour aimer la chanson de toutes nos forces et laissons les autres à leur destin.
    Gérard DEBARD

  5. henri replied:

    C’est vrai. Cela dit, il n’est pas indifferent de voir qui soutient qui. Il est assez clair que certains textes ne seraient pas ecrits par la meme personne, selon qu’elle vote noir, gris ou blanc.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :