Nicolas Vitas, question d’équilibre

A lire le curriculum de Vitas, on s’instruit tant de son passé de rockeur que de celui de bluesman, beaux bagages pour la suite pour qui sait les poser. Après plus de dix ans de scène et une furtive carrière vouée à la chanson festive, voici l’osmose, par le truchement de l’écriture, par des textes – les siens – qui font le pont entre passé et futur, qui sont ce à quoi il aspirait : « J’ai enfin trouvé l’équilibre entre la musique que je fais et l’homme que j’ai envie de devenir. » Il lui aura suffit de poser des idées sur le papier, des rimes qui peu à peu s’organisent et voient grouiller les vers pour que se révèle un singulier auteur. Car, outre la bonne humeur qui vous accueille dès le premier titre, le swing qui vous accompagne sur certains titres, ce sont bien ici les textes qui vous happent, vous retiennent. Dans l’énergie comme dans la pure et belle nostalgie. Et vous font revenir.
On se dit surtout que ce grenoblois qu’est Nicolas Vitas n’est pas arrivé en chanson par hasard. Il y a en lui pas mal de références, et un peu de l’histoire de cet art. Des intonations ou des clins d’œil ici à Nougaro, là à Bourvil, des saveurs d’Anis, des airs à la Bill Deraime, un peu de Minvielle et des tournures stylistiques qu’on verrait tant dans le stylo de Goldman que dans la plume de Lesprest. On se pose la question : d’où vient cet art nouveau ? De l’idée sans doute d’écrire pour les autres, au sein notamment d’un collectif issu des Rencontres d’Astaffort. Et je est un autre et c’est probant. Cet homme – dont certes le paternel est professeur de français – qui se prévaut d’une solide culture américaine, nous fait là une belle leçon de chanson, faisant la part belle tant à la musique qu’à ces paroles qui ne causent pas pour ne rien dire.
C’est dire si ce premier disque est frustrant : un cinq titres qui vous laisserait sur votre faim si la platine ne repartait pas au tout début pour un nouveau tour. Un disque pour démarcher le futur, pour finaliser un album dont on s’impatiente déjà.

Nicolas Vitas, Des airs, 2011, autoproduit. Le site de Nicolas Vitas, c’est ici ; son myspace là.

Ce billet est le 800e article publié sur NosEnchanteurs.

Publicités

14 avril 2012. Étiquettes : . Chanson sur Rhône-Alpes, Lancer de disque.

One Comment

  1. Françoise Gilles replied:

    …Touchée par cette balle perdue.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :