Chanter en novlangue…

(photo DR)

Armons-nous de mauvaise foi et enfonçons le clou. Pourquoi les jeunes chanteurs et nouveaux groupes francophones s’expriment-ils majoritairement en anglais ? Un possible élément de réponse nous vient d’une circulaire du Ministère français de l’éducation nationale, adressée ces jours-ci (en pleine campagne électorale, où chacun fait ses cartons, c’est peut-être pas la période la plus judicieuse…) aux enseignants, qui, constatant que « la maîtrise de la langue française est en régression depuis vingt ans », vise à les accompagner dans leur pédagogie. On apprend ainsi que, dans le cadre d’une étude, il a été demandé à des élèves de faire une dictée d’une dizaine de lignes, pas plus. Dictée au résultat édifiant : en 1987, ils étaient 26% à faire plus de quinze fautes. En 2007, les écoliers étaient 46% dans ce cas. On s’imagine que 5 ans plus tard, la situation a encore empirée…
Quitte à écrire n’importe quoi, n’importe comment, à torpiller l’orthographe comme la conjugaison, à réduire le champ de sa pensée à mesure que recule la maîtrise de sa langue maternelle, autant donc le faire et le chanter dans cet espéranto industriel qu’est l’anglais. Un anglais alors rudimentaire, scolaire, qu’on rapprochera utilement de la novlangue chère à George Orwell. De toutes façons, l’insipide brouet qui en résultera ne servira qu’à accompagner la musique, pas forcément à alimenter de doctes traités linguistiques.
Ne pourrait-on pas développer, en milieu scolaire, des ateliers d’écriture pour tenter d’insuffler la magie du verbe en français ? C’est vrai qu’à force de réduire le train de vie de l’éducation nationale, il ne doit pas rester beaucoup de crédits pour ça… Élève Chatel, au piquet !

Sur le même sujet, on lira aussi « Je chante faux en français ».

Publicités

18 avril 2012. Saines humeurs.

11 commentaires

  1. Alain DESSEIGNE replied:

    Merci pour votre plume revigorante. Oui, faisons écrire les enfants pour de vrai et faisons les chanter ! C’est le propos d’un responsable de la formation des musiciens intervenant à l’école, les dumistes comme on dit aujourd’hui.

    Encore merci

  2. Pierre Bureau replied:

    C’est vrai que la situation a empiréE (!!) Merci pour ton action pour la chanson.

  3. Régis Ravat replied:

    Très bien de signaler cette dérive linguistique qui fait que de plus en plus de chanteurs français (et non francophones !) chantent en anglais, et ce n’est pas être de mauvaise foi que de dénoncer cela. Quand on sait que la fille d’Higelin chante en anglais et que même un Marseillais, le nommé Jehro, préfère la langue de la Perfide Albion pour chanter que celle parlée sur la Canebière, c’est tout de même inquiétant. Notons que ces deux lascars, qui ne contribuent aucunement au rayonnement et à la sauvegarde de notre langue sur le plan national et international du fait qu’ils chantent en anglais, ont tout de même été récompensés cette année, par une Victoire de la Musique.
    Autrement dit, si l’École n’apprend plus le français à nos enfants, les pouvoirs publics se chargent aussi de les récompenser lorsqu’ils chantent en anglais. Il y aurait une machination derrière tout ça, que ça ne m’étonnerait pas (voir le dernier livre de Claude Hagège ou ceux de Charles Durand).

  4. Odile replied:

    C’est ma grande désolation!
    Et à l’heure des textos et des SMS, cela n’est pas près de s’arranger.
    Si seulement l’éducation nationale pouvait faire un petit effort pour que l’écrit soit un sans fautes!

  5. FESTIV'ART replied:

    Voilà encore un sujet qui mérite nos commentaires. Je ne sais plus de quelle casquette m’affubler pour mettre mon grain de sel. L’ex prof de lettres, la programmatrice d’un festival chanson, l’animatrice d’ateliers d’écriture ??
    Bon, vous l’aurez compris j’ai mille raisons effectivement de dire à Michel K. combien ce qu’il nous écrit a sa pertinence. Notre langue souffre, c’est évident et nos enfants ne font que reproduire les dérives qui sont d’abord ceux de leurs modèles…N’avons-nous pas, dès notre adolescence, admis que l’on pouvait écouter et chanter des chansons dont nous ne comprenions pas le sens ? Ne me suis-je pas entendu dire avec mes camarades de classe (que des filles ! les garçons avaient-ils d’autres talents ?) dans les années 60 que notre niveau d’expression était lamentable ? Pour mieux le signifier on nous assénait des propos humiliants et nos copies étaient barrées de rouge !
    Alors, la tête dans le guidon, chaque jour, par mon activité, j’essaie de faire barrage à la médiocrité ambiante et de garder le moral pour les raisons qui suivent :
    .La floraison abondante (certains diront trop …) d’auteurs compositeurs me laisse à penser que nous n’avons pas à désespérer…l’appartion du slam, le goût pour la déclamation, la multiplication des ateliers d’écriture, l’apparition au rang de spectacle vivant de la lecture en scène…tout doit nous inciter à relativiser nos craintes.
    Au passage merci aux « dumistes » qu’évoque ci-dessus Alain D.en qui j’ai toute confiance pour donner à chanter de la belle langue dans nos écoles !
    Claude Fèvre

  6. Yves Matrat replied:

    Mon cher Kemper, moi (quand je commence une phrase par l’apposition du pronom personnel « moi », je sais d’office que cette phrase sera pourrie, c’est une remarque que je me suis faite à moi-même comme je me l’a fait chaque fois qu’un interlocuteur qui s’adresse à quelqu’un en particulier ou à d’autres en général éprouve le besoin de débuter son propos par un distinctif « moi, je » comme si ce quidam entendait déjà être considéré comme un nombril de quelque chose par son ou ses interlocuteurs tandis que son premier souci devrait être celui de retenir leur attention sur l’intéret de ce qu’il peut être amené à dire et non sur sa personne… je ferme là ma parenthèse) qui poursuis tant bien que mal, les valeurs sont égales, mon chemin d’enseignant simultanément à mon sentier d’artiste,j’ai procédé dernièrement dans l’exercice de mes fonctions à la réalisation de dictées auprès d’élèves qui se préparent à présenter le baccalauréat au mois de juin prochain. Il s’agissait ici de vérifier quelques éléments de vocabulaire, là, de s’assurer que des règles élémentaires de grammaire et de conjugaison étaient respectées ou encore que quelques difficultés mineures d’ordre syntaxique étaient facilement repérées par les uns et les autres. J’ai choisi un petit texte de Jean Giono intitulé « Le train montagnard » qui avait ceci d’intéressant, c’est d’avoir été proposé aux épreuves éliminatoires du Certificat d’Etudes Primaires en 1959 quand, dès lors que la candidate ou le candidat faisait plus de cinq fautes, se voyait octroyer un zéro et devait tout bonnement repasser son examen l’année suivante. Eh bien mon cher Kemper, tu me croiras s’il t’en plaira, mais pas un seul ou une seule de mes « disciples » n’obtint dix sur dix ou vingt sur vingt et il m’arriva même de rougir plus de vingt fois la feuille d’exercice pour parvenir à corriger le petit texte de Giono.

    En conclusion, parce qu’il me faut bien conclure et que cette foutue machine dès que je lui donne un coup d’indexation sur sa touche d’entrée, plutôt que de me laisser le temps de me relire, de me corriger et surtout d’aller à la ligne, expédie ce que je viens de rédiger, que ce soit en « novlangue », en « volapuk » comme aimait à le dire Mon Général ou en « chialles de mouches » oblitéré par Lang en tant qu’art, pour moi tout ce qui ne prend pas appui sur la tradition de la langue, quitte à la transgresser (ce qu’on fait les Rabelais, les Baudelaire, les Céline et j’en passe) sont des petits radins du col ou comme dirait Ferré des enfoirés de la mistoufle qui font, ce que nous faisons tous, certain professeur d’université a eu la pertinence de me le dire, au sujet d’un devoir sur Proust que j’avais délibérément bâclé, des rêves de « petit bourgeois ».
    Mon cher Michel, bien à toi et bien à tes lecteurs.
    Yves MATRAT

  7. CCS replied:

    Les jeunes qui chantent en anglais, les jeunes qui rechignent à prendre le relais et à s’investir dans la chanson, les jeunes qui massacrent la langue… c’est sûr que dans les parages, on ne peut accuser personne de céder au jeunisme…

    Je crois que le problème principal est un problème de rapport à la langue. Tout, autour de nous – ainsi que dans l’enseignement – nous ramène à un rapport essentiellement utilitaire à la langue. D’où un appauvrissement de celle-ci et de ses usages (quels ravages que ceux de la « communication » !), toutes générations confondues. A l’école, on apprends à lire, à écrire, on apprend la grammaire, l’orthographe, mais beaucoup moins qu’on peut entretenir un rapport personnel et intime à la langue. Et je ne suis pas sûr que les appels à la tradition, ou à l’ancrage de l’enseignement dans les textes dits « classiques » soient d’un grand secours.

    Ce propos de l’écrivain Yves Pagès : « Quant au cours de français, on y a toujours surévalué l’apprentissage de l’écrit contre l’expression orale, subsidiaire ou vaguement récréative. Et sous prétexte de défense patrimoniale, on a sacralisé les morceaux choisis littéraires par opposition aux textualités profanes, infra-culturelles, donnant ainsi l’impression aux bambins moyens que l’usage quotidien de leur langue, enrichie par des siècles d’inventivité collective, n’avait pas de rapport avec les vraies Lettres de noblesse. Et puisque le Français était une matière en tout point étrangère à leur tchatche naturelle – et ses tournures forcément barbaresques –, ce devait être un idiome réservé à des happy few artistes et quelques intellos de naissance, bref une langue morte vouée à sa reproduction académique, un truc de prof pour faire des profs. Mais surtout pas un outil d’auto-défense sociale ou un ange-gardien du vécu intime, ça c’est pas au programme, hors sujet. »

    Et je suis tout à fait d’accord avec Claude Fèvre, lorsqu’elle fait l’observation de pratiques émergentes et parle de « relativiser nos craintes ».

  8. Delorme replied:

    J’avais été surpris en regardant une cérémonie des Victoires de la Musique d’entendre les chanteurs français s’exprimer en anglais alors que les rappeurs s’exprimaient en français et faisaient explicitement référence à Jacques Brel ou Aznavour, entre autres…Depuis je me demande si le rap et le slam ne sont pas la suite ou le relais de la chanson à texte des années 60?
    Quant à l’orthographe, elle fout peut-être le camp mais c’est bien de sa faute! L’orthographe et la grammaire françaises sont un maquis inextricable qui se simplifiera par la force des choses. Il suffit de s’intéresser aux langues étrangères pour comprendre que la langue française est devenue une sorte de monstre dont la maîtrise des difficultés
    est une sorte de performance fastidieuse et gratuite, qui n’apporte rien à la qualité et la force de l’expression.
    Ceci dit la maîtrise de la langue reste bien sûr un enjeu, puisqu’elle peut être est un outil d’émancipation aussi bien que de domination.
    Je partage aussi le point de vue de Claude Fèvre. Dans le cadre de mon travail à l’ENM, si certains chantent au départ en anglais, ils s’intéressent ensuite de près à la chanson en français, à l’étude des textes, aux techniques de poétique et à l’écriture. Rien n’est perdu!
    En ce qui concerne l’omniprésence de l’anglais dans le monde, on peut lire le très savant ouvrage du linguiste Claude Hagège, Halte à la Mort des Langues (Odile Jacob).

  9. Emmanuel Guilloteau replied:

    On peut commencer une phrase par « moi » en opposition ou en complément à ce qui vient d’être dit. Et je vais me faire l’avocat du diable en ajoutant que la langue anglaise est plus appropriée à certains styles musicaux. Et quand j’entends une bonne partie de la production française, j’aimerais bien ne pas comprendre les textes. Si un texte est mauvais, autant qu’il soit chanter en anglais, au moins, dans ce cas, il n’abime pas mes oreilles :))

  10. Christian Landrain replied:

    Mais le pire, c’est qu’ils restent de superbes inconnus dans les pays anglo-saxons ! Un bon nombre de chanteurs et chanteuses Français(e)s chantant en Français sont régulièrement invités en Allemagne, au Japon, sans parler du magnifique travail qu’a fait Brian Thomson à Boston au USA !
    Chris Land

  11. Checler replied:

    L’explication : « la dégradation de l’orthographe et de la syntaxe des jeunes d’aujourd’hui est responsable du choix de la langue anglaise chez les chanteurs » , est je trouve… Fausse, tout simplement.
    Il faut savoir que l’orthographe ne limite en rien les jeunes lorsqu’ils écrivent, et la raison en est simple : inutile de savoir quand mettre un circonflexe ou grave, le chant, c’est de l’oral !

    Il est en revanche beaucoup plus facile d’écrire en anglais, dans le rock en tout cas. En effet, ceci est dû à un problème de sonorité. L’anglais est une langue très modulable, très linéaire, moins « dure » que la langue française, et il est en effet plus facile de « faire sonner » une chanson en anglais comme on le désire . La preuve, quand on chante en yaourt une chanson dont on a composé que la mélodie, hé bien… Le yaourt se rapproche plus de l’anglais que du français. Cela peut vous paraître idiot, mais déjà lorsqu’on chante une ébauche de chanson en yaourt , on se met dans la tête une manière de chanter qui nous plaît, et que l’on souhaite reproduire plus ou moins avec des paroles qui collent.
    Plus facile d’écrire en anglais, également, car le français contraint un auteur à réfléchir bien plus intensément sur le thème de sa chanson, sur la finesse, l’élaboration, et l’intelligence du texte. A l’inverse l’anglais permet une facilité de composition. La preuve, il suffit d’écouter les beatles :
    « We all live in a yellow submarine » « she loves you yeah yeah yeah » .
    Pourrait-on écrire aussi simplement en français ? Imaginez…:
    « elle t’aime, OUIIII OUIIII OUIIII! » : RIDICULE. Plus classe en anglais non?

    Bref , voilà mon explication. Il ne s’agit selon moi pas d’un problème de dégradation de la capacité des jeunes à écrire sans fautes d’orthographe, mais plus d’une recherche de sonorité particulière, et éventuellement d’une « flemme » des auteurs.

    Je parle avec mon expérience de jeune, et de musicien : J’ai 18 ans et un groupe de rock qui tourne plutôt bien depuis 3 ans, et nous avons décidé depuis peu d’écrire EXCLUSIVEMENT en français, en raison du désir de promouvoir notre belle langue dans un style qui l’exclut généralement.. : depuis ce jour, j’en comprend les difficultés.

    Enfin ma dernière explication est l’influence grandissante des pays anglophones sur les jeunes en France : La culture américaine, la fascination pour cette langue, et la musique anglophone – qui est beaucoup plus riche et variée que la musique française, en raison de la triste uniformisation de la musique en France par les maisons de disque, dans un but purement commercial, et qui développe chez les jeunes français une culture musicale proche du néant. – sont des facteurs qui incitent les musiciens à prendre exemple sur nos voisins anglophones.

    Ceci est mon point de vue, mais ne change rien au fait qu’effectivement, les jeunes d’aujourd’hui ne savent plus écrire correctement, ce qui est triste, mais sans rapport avec la musique, à mon sens.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Trackback URI

%d blogueurs aiment cette page :