Thou’Chant : le mot de la fin

Rémo Gary, Frédéric Bobin : deux fameux chanteurs rhônalpins familiers des colonnes du Thou'Chant (photo DR)

Chaque chose a un début, et puis une fin. Le numéro du Thou’Chant de mai 2011 fut le dernier : faute de moyens pour le faire vivre financièrement, l’état n’ayant plus d’argent à ce qu’on dit. C’est vrai qu’on construit des prisons et qu’on a créé ce bouclier fiscal, non pour interdire la pauvreté mais pour arrêter de trop ponctionner les hyper riches. Moins d’argent pour les écoles, moins d’argent pour la culture, moins d’argent pour la fonction publique, moins d’argent pour la citoyenneté, pour le lien social. Notre pays riche est pauvre, mais pas pour tout le monde. Merci au petit.
Alors nous on arrête, ne pouvant continuer sans ponctionner dans les caisses d’une salle de chansons, une de celles qui existent, qui résistent, qui prennent coups sur coups mais sont toujours là, debout et fières. Cette salle, A Thou bout d’Chant, mène un travail inestimable, irremplaçable, en bas des pentes de la Croix-Rousse, tout au fond de la rue de Thou, à Lyon. Et il est important qu’elle tienne, que ses animateurs, Frédérique Gagnol et Marc David, défient encore longtemps les lois du marché, la logique comptable du showbiz.
Le Thou’Chant disparu, ça fait un support de moins pour la chanson ! Un de plus dans le moins, une bataille de perdue mais pas la guerre.
Il reste à réinventer autre chose, un autre support qui nous parle certes de toute la chanson d’expression française mais consacre un regard particulier à la chanson venue de ou vivant en Rhône-Alpes, cette région étonnante de vitalité en ce domaine, qui certes a vu naître des Lavilliers, Kent, Mickey 3d ou Anne Sylvestre, mais qui, surtout, au présent, en ce moment, est sans aucun doute le terreau le plus fertile de la chanson. La pépinière qu’est A Thou bout d’Chant le sait bien, qui biberonne cette chanson-là au sortir de son œuf.
Un support de moins aussi pour les chroniques de disques, qui disparaissent de tous les supports. C’est sans doute l’exercice le plus difficile, non d’écouter les disques – encore que – mais de porter un regard sensible, d’analyser et de transmettre. La plupart des artistes attendent ce « verdict » : c’est dire s’ils étaient nombreux, dès le 16 de chaque mois, à se connecter sur cette rubrique du Thou’Chant. En dix-huit mois ce sont 250 disques qui auront été ainsi mis en exergue, la plupart des artistes concernés pouvant se targuer de cette distinction. Ça, les chroniques de concerts, les notices biographiques comme les portraits et interviews en bonne en due forme, les regards portés sur des professions du monde de la chanson, sur des lieux aussi… Mine de rien, le bilan rédactionnel du Thou’Chant est impressionnant. Mais on y met un point final, parce qu’on ne peut pas faire autrement.
Moi, je vous retrouverais tous les deux mois dans les colonnes du Petit format du Centre de la Chanson et en d’autres supports à venir. Et, presque au quotidien, sur le blog NosEnchanteurs qui reprendra autant que faire se peut le flambeau quant aux critiques discographiques.

Retrouvez, sur le Thou’Chant, ce billet ainsi que celui de l’équipe d’A Thou bout d’Chant. C’est ici.

Publicités

16 juin 2011. Les événements, Thou Chant. 3 commentaires.

Le Thou’Chant du mois est en ligne

Loïc Lantoine et François Pierron, à la "une" du Thou'Chant (photo DR)

Nouvelle livraison – c’est une habitude, le 16 du mois, à 16 heurs pétantes – du webzine chanson Le Thou’Chant, que notre ami Vincent Bonnier ne cesse d’améliorer même si ses casses de caractères jouent parfois les rebelles se sèment la pagaille dans la typographie de l’ensemble.
Au sommaire, cette fois-ci, une rencontre avec le gars de « la chanson pas chantée », Loïc Lantoine, qui nous explique que ce n’était que de la chanson bricolée. Il nous parle de sa nouvelle formule de scène et de la place de son acolyte François Pierron. De Jamait et de la chanson d’aujourd’hui aussi.
Autres vedettes de ce numéro de mai, Gérard Morel, qui vient de sortir son nouveau disque (en fait deux galettes pour le gourmand qu’il est), et Fred Radix, dont le nouveau spectacle le voit s’éloigner de la chanson sans tout à fait la renier. Toute l’actu de la chanson sur Rhône-Alpes, la programmation de la salle lyonnaise A Thou bout d’Chant (Agnès Bihl, Patrick Font & Evelyne Gallet, Les Becs bien Zen, etc), d’autres rubriques encore (l’édito est consacré à la place de la chanson dans les… Smacs) et, bien sûr, un survol de l’actualité discographique du moment : Morel déjà cité et aussi Rémo Gary, Les Yeux des fesses, La Mathilde, Le Pied de la pompe, Mon désert, Pat Kébra, Stéphane Zelten, Sale petit bonhomme, Alain Klingler, Monsieur Melon, Desireless, Boulevard des airs et Faut qu’ça guinche.

Le Thou’Chant, c’est ici !

16 mai 2011. Étiquettes : . Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Le Thou’Chant d’avril est en ligne

Stéphane Côté (photo DR)

L’article vedette de ce nouveau numéro du Thou’Chant est sans conteste l’interview exclusive (et passionnante) de Stéphane Coté, un chanteur québécois (pour le coup il l’est : il habite vraiment dans la ville de Québec !) qui vient régulièrement rendre visite à ses publics helvète et français. L’entretien est signé de mon collègue et ami Yves Le Pape. A part cette part de francophonie, le Thou’Chant est encore riche de pas mal de choses. Et d’abord et avant tout de son nouveau look, signé Vincent Bonnier : plus direct, plus efficace, et avec accès nettement plus pratique et évident sur les archives. Bravo Vincent !
On y parle de Laurent Berger dans son nouveau tour de chant, prélude d’un album à venir (ce sera son quatrième), de Chanson plus bifluorée qui nous sort, en presque catimini, un album sur les poètes chez EPM, de toute l’actu de la chanson Rhône-Alpes, de ces soutiers de l’info que sont les correspondants locaux de presse qu’on nomme aussi dans certaines régions les localiers) qui, parfois, s’intéressent aussi et avec talent à la chanson. On y décortique aussi la production discographique du mois écoulé avec quelques (très) bonnes surprises : le nouvel opus de Béa Tristan, nettement au-dessus du lot, et celui de la toute jeune L dont le souvenir de Barbara courre l’échine.

Le Thou’Chant est à lire, à relire et à partager. Faites-le connaître et adoptez-le aussi sûrement que vous êtes fidèles à NosEnchanteurs. L’adn y est le même, juré ! C’est à la portée de ce clic.

19 avril 2011. Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Le Thou’Chant vol.13 mis en ligne

Jeanne Garraud lors du festival "Région en scène" d'Annonay (photo Christine Ruffin)

Le 13e volume du Thou’Chant est sur la toile dès aujourd’hui. Avec deux longs entretiens : Benoît Dorémus, qui nous perle de son écriture et de ses amis Sarclo, Renaud et Renan Luce ; Jean Théfaine, journaliste chanson et biographe de son presque homonyme Hubert-Félix Thiéfaine. Deux artistes flashés en plein concert : Nico* (ça se dit « Nico étoile ») et Jeanne Garraud. On y parle de toute l’actualité Rhône-Alpes de la chanson, notamment des festivals « Aah ! Les déferlantes » de Portes-lès-Valence, « Mars en chanson » à Lyon et « Pas des poissons, des chansons » à Annonay. Deux lieux, pas des moindres : L’Anecdote, dans le Vercors (c’est un papier de l’ami Yves Le Pape, toujours fourré dans les lieux qui fleurent bon la chanson), et L’Autrement-Café, en grand danger à Angers. Le portrait d’artiste est consacré aux Fatals Picards et on y traite les nouveaux disques de : Romain Didier, Les Ogres de Barback, Marcel Kanche, Rodrigue, Antoine Tomé, Thomas Pitiot et Batlik, Guillaume Farley, Lady Arlette, Claudio Zaretti, Ribo, Marc Bienne, Laetitia Velma, Tri Yann et Les Fatals Picards. On vous en rappelle l’adresse : www.thouchant.com. À placer précieusement dans vos favoris.

16 mars 2011. Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Le Thou’Chant volume 12 est sur la toile

 

Sur Le Thou'Chant, une interview étonnante sur la famille chanson d'Yves Jamait

Le numéro 12 du webzine 100% chanson Le Thou’Chant est en ligne. Avec au sommaire : une interview exclusive d’Yves Jamait ; le portrait croisé de Nathalie Miravette et de Pierre Margot ; le reportage d’Yves Le Pape sur « Chansons buissonnières » en Isère ; l’actualité festivalière rhônalpine (Les Chants de Mars, Aah Les Déferlantes, Région en scène, Pas des poissons des chansons, Paroles et Musiques…) ; rencontre avec Michel Berthod, ancien directeur de mjc, à l’occasion de la parution de son  livre Mes amis d’un soir ; la programmation de la salle lyonnaise À Thou bout d’Chant ; et nombre de chroniques de disques : The Serge Gainsbourg experience, Malicorne, Audriel, Nicolas Bacchus, Lola Lafon, Melissmell, Lucas Rocher, Presque Oui, Thomas Fersen, Mademoiselle K, Brassens l’irlandais, Louis Ville et quelques autres encore.
Je vous y retrouvera avec plaisir.
À vous de faire connaître et de partager ce Thou’Chant, un des rares supports de cette chanson que nous aimons.
Pour se rendre sur Le Thou’Chant, c’est ici.

 

19 février 2011. Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Thou’Chant vol 11 : Cyril Romoli, né sous le signe du lion

Cyril Romoli, c'est "un peu comme si Vincent Delerm avait fait un stage avec le Cirque des mirages" (Stéphanie Thonnet - Chorus)

J’avoue, je ne lui ai pas posé la question : est-il du signe du lion ? Il y a des signes. D’abord, il fut, deux années durant, un des acteurs de la comédie musicale Le Roi lion au théâtre Mogador. Puis c’est à Lyon, lors d’un passage dans la salle mythique d’À Thou bout d’Chant qu’il a écrit quelques de ces nouvelles chansons que voici. Enfin, y’a qu’à lire le titre de son nouvel album : À l’heure où les lionnes apparaissent. Certes, sur la pochette du disque, il a les cheveux en bataille, genre brousse, genre jungle, Tarzan un rien négligé. Et c’est à rebrousse-poil qu’il traite de l’amour… Le Thou’Chant que voici nous parle beaucoup de Cyril Romoli. Par une interview exclusive d’abord (c’est ici). Par la chronique de son nouvel (et succulent) album aussi (c’est là). Il y a peu de temps, NosEnchanteurs s’était penché aussi sur son cas. On peut le lire ici.
Un entretien avec Cyril Romoli donc, le portrait de Monsieur Poli, la chronique des disques d’Évelyne Gallet, Louis Capart, À la source, Têtes Raides, N’Relax, Léonard Lasry, Dick Annegarn, Christophe Bell Œil, Vitor Hublot, Noga, Catherine Major, William Schotte, Pascal Mary, Lionel Melka et Maxime Le Forestier, Marie-Laure Béraud en scène, la soirée de « sortie de compile » d’À Fleur de Mots, toutes les précieuses rubriques habituelles, voici donc, comme chaque mois, le webzine chanson Thou’Chant, à mettre il va de soi dans la barre de vos favoris.

Le Thou’Chant, c’est là.

Cyril Romoli le vendredi 28 janvier au Théâtre de Bligny (Essonne), le dimanche 30 janvier au CinéThéâtre 13 à Paris 18e, les 31 janvier, 1er et 2 février au Radiant à Caluire-et-Cuire (Rhône) avec Jeanne Garraud en première partie, et le 4 février au Rabelais à Meythet (près d’Annecy)

19 janvier 2011. Étiquettes : . Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Guillaume Ledent, le portrait du Thou’Chant

Guillaume Ledent (photo MK)

Sur le numéro 10 du Thou’Chant, actuellement en ligne, on trouve le portrait du chanteur belge Guillaume Ledent. C’est ici.
Sur le même Thou’Chant, j’avais il y a peu chroniqué le petit dernier de Ledent, son troisième album, « La Récréation », paru il y a quelques mois, certes en autoproduction mais en distribution tant sur le territoire belge qu’en France, chez Coddistribution. J’en disais ceci :
« Attention petit joyau ! Tant et si bien qu’on aimerait voir Ledent poursuivre sa Récréation dans la cour des grands… Trente-six ans, pas mal d’années dans la musique et les dix dernières en chanson, deux disques déjà avant celui-ci, ce belge de Ledent trace ses sillons avec talent. Avec aussi des participations qui ne semblent pas fortuites : à Saule de l’album précédent succèdent la française Claire Jau, la belge Sophie Galet et la finlandaise Anoo, pas de stars certes mais des gens de bon goût comme l’est Guillaume Ledent. Les propos, tous taillés dans la douceur, où l’humour n’est pas absent, fourmillent de détails, de petites attentions, de sentiments qui défient le temps. Ce nouveau disque, pour l’heure dispo du côté de Bruxelles et sur le net, sera bientôt distribué dans l’Hexagone. Pas d’excuses donc pour l’amateur de chanson que vous êtes pour entrer en connaissance avec cet artiste, qui du reste se présente : « Papa was not a Rolling Stone / J’m’appelle Guillaume Ledent, fils de personne ». On ne dira pas que son art ressemble à rien : il s’inscrit dans une chanson racée, mélancolique, sentimentale, avec ici et là des piques et clins d’œil sur les petits et grands maux de ce monde. Chez nous, Souchon (bien que Ledent se défende de cette parenté) le fait très bien. Les belges, eux, ont Ledent. On adopte pour moins que ça. »

Le site de Guillaume Ledent.

Rappelons aux lecteurs de ce blog que le webzine Thou’Chant, dont je suis le rédacteur en chef, chronique chaque mois une quinzaine de disques, principalement ceux qui échappent aux oreilles quelques peu embouchées du journalisme parisien et des programmateurs radios et télés.

23 décembre 2010. Étiquettes : . Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Thou’Chant vol.10 : Gallet, Ledent, Fannytastic et bien d’autres…

La bretonne Fannytastic (photo d'archives, DR)

En cette période de fête, il convient de respecter à la lettre les traditions. Celle du Thou’Chant, le webzine chanson, est désormais bien ancrée, même si vous pouvez toujours relayer cette info, histoire de gagner de nouveaux lecteurs passionnés de chansons.
Le numéro 10 est dispo sur votre écran informatique, avec un sommaire à faire pâlir la moindre des gazettes. Avec, en artistes du mois, un belge et une bretonne : j’ai nommé Guillaume Ledent et Fannytastic.
Et la déjà anthologique « sortie de disque » d’Évelyne Gallet à À Thou bout d’Chant, qui ne sait vraiment rien faire comme les autres et à convié nombre de programmateurs à venir sur scène pousser la chansonnette. Et Max Lavegie (le parolier, compositeur et guitariste de Carmen Maria Vega) pour la première fois seul sur une scène. Et François Corbier… Et… pas mal de monde, de disques (Deux z’elles, Tom Poisson, Robin Leduc, Courir les rues, Gasquet, Claire Jau, Les Vieilles pies, Claire Sabbagh, Aurore…) , d’infos encore, notamment la rituelle sortie de « faites tourner », la compile d’À Fleur de mots, l’étonnant Coefficient 7 dans la Drôme ou cette superbe action en service hospitalier où on retrouve notre ami Hervé Lapalud.
C’est sur le nouveau numéro du Thou’Chant, en attendant le suivant…

17 décembre 2010. Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Le Thou’Chant vol.9 sur votre écran

Les huit du huitième Grand Huit, la semaine passée sur la scène du Train-Théâtre, à Portes-lès-Valence (photo Renaud Vezin)

Le numéro 9 du webzine chanson Le Thou’Chant est disponible depuis hier, non chez votre marchand de journaux mais sur votre ordinateur, d’un simple clic. Avec, au sommaire, la relation du Grand Huit, cette formidable rencontre entre de jeunes artistes français et québécois. Avec un portrait de la chanteuse Katrin’ Wal(d)teufel, fameuse « cello woman show » qui se produit en cette fin de semaine à Lyon. L’interview de votre serviteur aussi, pour un ouvrage qu’il vient de sortir sur Le Stéphanois (mais ça, vous le savez déjà : reste que l’entretien est inédit). Dans ce numéro 9, on entre d’abord par la porte du pur et pire showbiz, par le prix Constantin et ce renoncement, ce reniement de la langue française : grave de chez grave ! Le titre de l’article ? « Il n’y a qu’EMI qui m’aille ! » On y trouve, comme d’habitude, beaucoup de nouvelles de la chanson en Rhône-Alpes, dont un clin d’œil affectueux au festival « Attention les feuilles » sur l’agglomération d’Annecy. On s’y ballade dans la sympathique auberge-spectacles La Buissonnière, non loin de Lyon. Et c’est Cécile Pirat qui nous est présentée, au titre de son « fichu métier. » Sommaire encore abondant donc, que viennent utilement compléter la rubrique « disques » qui, aux côtés des galettes de Louis Chédid et de Bernard Lavilliers, vous présente celles, autoproduites, dont le showbiz se contrefiche : Vaguement la jungle, Émilie Cadiou, Acorps de rue, Lilith Guégamian, Matthieu L, Yves Vessière, Nicole Rieu, Davy Kilembé, Henri Barry, Emmanuel Tugny, Lalabolduc et Caroline Personne. Là, je n’oublie personne…

Le Thou’Chant, c’est par ici.

19 novembre 2010. Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Le Thou’Chant volume 7 vient de sortir

La belle Personne qu'est Caroiine Personne (DR)

C’est sur la toile depuis ce jour, 16 septembre à 16 heures pétantes, septième livraison de ce webzine créé par la salle lyonnaise A Thou bout d’Chant (d’où son intitulé), webzine dont j’ai l’honneur d’être le rédac’chef car quasiment le seul et unique rédacteur. Avec, au programme et en vedettes, Nicolas Jules ; pour un long entretien sur déjà quinze ans de carrière, et la chanteuse lyonnaise Caroline Personne dans un portrait largement mérité à l’occasion de son premier album (sortie à la mi-octobre). Avec aussi pas mal de monde au générique de ce numéro de rentrée. D’abord une flopée de très intéressants cédés : Les Blaireaux, Romain Dudek, Triskaa, Béa Tristan, les Tit’Nassels, Anaïs Lancien, Claudine Lebègue, Olivier Béranger, Arbon, la Mine de rien, Moussu T e lei jovents, Annie Cisaruk, Chloé Clerc, Sombrero(s), La Belle Bertoune… On y parle de l’actualité rhône-alpine de la chanson, des deux ans d’absence (déjà !) de l’ami Matthieu Côte (c’est pas lui qui nous a lâché, c’est son cœur…), de la programmation des salles affiliées au Réseau « Rimec », etc. Encore une fois un contenu dense pour un webzine très engagé dans la dimension chanson. On se rend sur le Thou’Chant ici même.

16 septembre 2010. Étiquettes : , , . Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

ThouChant vol.6 : en exclusivité sur la toile

"Le Gros chat du marché" de Gilbert Laffaille est devenu un livre. D'autres suivront…

A l’occasion de la sortie de son nouvel album enregistré en public à L’Esprit Frappeur, à Lutry, j’ai rencontré il y a peu l’ami Gilbert Laffaille pour un long entretien dans les colonnes du ThouChant. On y fait le point de son travail actuel : des superbes (et grands) livres pour enfants (mais pas que pour eux) aux éditions « Les Grandes personnes » ; une pièce de théâtre récemment jouée à Avignon ; des lectures, à la Vieille grille à Paris, revisitant l’humour et la poésie ; des chansons ici et là, pour autrui… Mais pas de nouvelles chansons pour lui, par manque de temps, de disponibilité d’esprit : « Je ne suis plus dans la dimension de faire l’artiste » affirme-t-il. Il s’en explique. De la difficulté d’écrire, de celle de se produire encore, Gilbert Laffaille se livre sans détour.

Une longue interview de Laffaille donc, le portrait du chanteur Louis Ville, bel écorché vif qui s’apprête à nous sortir Cinémas, son quatrième opus, la double et passionnante livraison discographique de Jacques Bertin, la nouvelle création du groupe vocal Évasion dans la Cité des papes, une déambulation au festival chanson d’Avignon, ça et pleins d’autres sujets encore, c’est le sommaire du numéro de juillet du ThouChant, votre webzine 100% chanson que j’ai l’honneur de vous concocter chaque mois. A vous de faire passer le mot, le message pour faire plus encore connaître ce webzine, d’en faire modestement un magazine de référence sur la toile.

Le ThouChant, c’est ici.

22 juillet 2010. Étiquettes : . Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Ferrat : l’entretien inédit de Thou Chant

Jean Ferrat (photo extraite de Chorus n°10, Francis Vernhet)

En page d’accueil du WebZine Thou Chant, depuis hier, un entretien, à ce jour inédit au grand public, réalisé le 30 avril 2002, chez Jean Ferrat, à Antraigues-sur-Volane, par Frédérique Gagnol, Marc David et Philippe Viallard. De presque 45 minutes, cet entretien fut réalisé en préalable à un débat sur la chanson, quelques jours plus tard, à A Thou bout d’Chant à Lyon. Médias, industrie discographique, artisanat… c’est un état des lieux de la chanson, sans concession.

C’est en exclusivité et c’est ici.

Marc David, Jean Ferrat et Frédérique Gagnol lors de cette interview (photo Ph. Viallard)

Parmi tous les hommages à Ferrat (beaucoup de journalistes, de programmateurs aussi, semblent avoir découvert Ferrat au jour de sa disparition…), on retiendra particulièrement cette émission spéciale de Là-bas si j’y suis, de Daniel Mermet, sur France-Inter. Lettre de « Là-bas hebdo » du 21 mars 2010 : « À notre grande surprise, notre émission hommage à Jean Ferrat du lundi 15 mars a été une des plus suivies de toute l’histoire (modeste et géniale) de notre émission, depuis une vingtaine d’années. Vous avez été nombreux à venir saluer la mémoire de Ferrat sur ce site comme sur le répondeur de Là-bas : il était impossible de diffuser tous vos messages. Pardonnez-nous, mais il aurait fallu plusieurs émissions… Depuis longtemps (1975), Jean Ferrat s’était dégagé de l’emprise du show-biz et de la télé, ce qui ne l’empêchait pas de rester populaire bien au-delà de sa famille politique, sans avoir besoin de s’abaisser au racolage médiatique. Par comparaison, le parcours de Jean Ferrat montre à quel point le système de la culture de masse, condamné à l’insignifiance, empêche le public d’acquérir les moyens de son émancipation. Qu’ils en soient ou non conscients, la plupart des collaborateurs de ce système sont aussi « engagés » que pouvait l’être Jean Ferrat, mais pas tout à fait du même côté de la barricade. Jean Ferrat fut de ceux qui s’adressent à ce que chacun a de meilleur et de plus digne. C’est la raison de cette reconnaissance fraternelle. Rendre hommage à Ferrat c’est continuer cette lutte-là, de ce côté-là. Jusqu’au temps des cerises ». Là-bas, 21 mars 2010.

On peut réécouter l’émission de Là-bas si j’y suis ici.

24 mars 2010. Étiquettes : . Chanson sur Rhône-Alpes, Les événements, Thou Chant. 3 commentaires.

Forcément Thou Chant…

Rédiger un tel faire part c’est, convenons-en, forcément touchant. Car ça y est. Après les corrections et ajustements typographiques de dernière minute, après des heures à se crever les yeux devant l’écran d’ordinateur, après la nuit blanche du webmaster, après avoir ruiné tous nos ongles et pire encore, après avoir constaté ce qu’il manque, ce qu’il faudrait pour l’améliorer encore, voici le bébé. Forcément Thou Chant. C’est un WebZine, un support presse qui se surajoute aux autres, mais c’est vrai qu’il n’y en a pas pléthore dans la chanson. Depuis la fin de Chorus, on reste sur sa faim, presque dans le vide. Et voici un magaZine qui certes ne le remplace pas mais prend petite place dans un large espace vacant, béant. Le lancement officiel est pour ce mardi 16.02, précisément à 16 heures 02. Là, le précieux cézame nous sera dévoilé pour découvrir le numéro 1 de « Thou Chant », le mag lancé par A Thou bout d’Chant. Et dont j’ai le (redoutable) honneur d’être le rédac’chef. À Thou bout d’Chant est une salle lyonnaise. Petite de taille mais grande de cœur. Un des microprocesseurs de la chanson. Elle ne se limite pas à accueillir des artistes, non. Elle crée les circonstances pour que germe la chanson, qu’elle grandisse, qu’elle vive. A Thou bout d’Chant régulièrement accouche la chanson. Si Carmen Maria Véga se retrouve au fronton des plus prestigieuses salles, c’est parce qu’À Thou bout d’Chant fut là pour la faire naître, il y a peu. Elle et pas mal d’autres déjà… On peut palabrer éternellement sur la chanson, sur comment la défendre : il me semble qu’À Thou bout d’Chant ne se perd pas en longs bavardages et agit. Marc David et Frédérique Gagnol, les patrons de cette salle, ont eu envie d’un WebZine qui ne serait pas (que) l’outil de promotion de leur salle mais un véritable espace pour la chanson, presque un lien. Le voici. Il est ce qu’il est, bien sûr perfectible. Et s’améliorera. Il ne vivra bien que si vous en êtes les actifs relais, si vous le faites connaître. Le WebZine Thou Chant, c’est ici.

16 février 2010. Les événements, Thou Chant. 2 commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :