Bordeaux 3, boîte à outils de la chanson

Concert de l'atelier choral de la filière musique de Bordeaux 3, sous la direction de Pascal Pistone, en 2011 (photo DR)

Saluons l’initiative. Dans un temps où on retire ici et là à l’éducation nationale ses moyens financiers et humain (notamment les Conseillers pédagogiques en éducation musicale, lire ici le billet de NosEnchanteurs), où on sacrifie tout sur l’autel de je ne sais quelle rentabilité, la filière Musique de l’université de Bordeaux 3 crée, dès septembre prochain, un nouveau cursus spécialisé, en septembre prochain, intitulé « Licence Chanson d’expression française, jazz et musiques actuelles », qui fera la part belle à la chanson française à texte. Il s’agit d’une filière sélective (entrée sur dossier + concours) qui intégrera des artistes déjà expérimentés dans le domaine de la création, l’arrangement ou l’interprétation (21 étudiants seront admis tous les 3 ans). L’initiative en revient grandement à Pascal Pistone, qui dirige cette filière et qu’on peut connaître comme étant aussi le pianiste de la chanteuse Clémence Savelli. Il s’explique : « Le but premier n’est pas de former les génies de la chanson française de demain (si certains réussissent, tant mieux pour eux évidemment) mais, dans un premier temps, des futurs candidats aux concours de recrutement dans l’enseignement secondaire (Capes, Agrégation), capables de chanter, d’arranger, de diriger, d’accompagner des chansons et de donner envie aux élèves de découvrir et d’interpréter ce répertoire. Parmi nos futurs étudiants, certains choisiront d’entamer des recherches autour de ce répertoire, contribuant également à la sauvegarde du patrimoine. D’autres se dirigeront vers des activités de diffusion (production, organisation de concerts, direction de lieux de spectacles) en ayant le mérite de connaître réellement le sujet (ce qui n’est pas toujours le cas en France). Enfin, certains se lanceront peut-être dans cette carrière exclusive, incertaine et périlleuse, d’auteur-compositeur-interprète. »

Pascal Pistone (DR)

Voir naître de nouveaux artistes est bien encore faut-il leur donner les scènes pour qu’ils puissent s’y exprimer, comme c’est le cas sur Lyon qui peut s’enorgueillir de deux « écoles » de chanson ( l’Ecole de Musique de Villeurbanne et la classe de Musiques actuelles du CRR de Lyon) et, en synergie, pas mal de petits lieux chanson dont le navire-amiral est sans conteste A Thou bout d’Chant. Les lieux de programmation sont aussi dans le questionnement bordelais : « Notre filière, dit Pascal Pistone, est en train de développer, sur Bordeaux, des opportunités de concerts, en incitant par exemple des cafés à faire l’acquisition d’un piano et à se lancer dans l’organisation de spectacles musicaux, afin de programmer régulièrement les récitals de nos étudiants. » Et de surenchérir :  « Le débat, parfois intéressant, qui découle de cette initiative concerne souvent la question du paradoxe lié à la formation d’un « poète maudit » dans l’enceinte d’une université. Personnellement, je ne suis pas non plus insensible à ce questionnement, même si je reste tout à fait conscient du fait que la technique vocale, l’interprétation scénique, et surtout l’apprentissage du piano ou de la guitare, l’arrangement, l’orchestration, l’accompagnement, les techniques d’enregistrement ou de la réalisation discographique, etc. méritent aussi de faire l’objet d’études approfondies. »

Questions pratiques
Le feu vert définitif pour la création de ce cursus a été donné il y a à peine un mois et la date limite de pré-inscription est proche (dans un mois et demi). Le niveau de cette 1ère promotion sera d’autant plus élevé que les postulants auront été nombreux à candidater. Que les lecteurs de ce blog aident donc à faire circuler cette information et le pari sera sans doute gagné. Informations, brochures et modalités d’inscriptions à l’adresse suivante : http://www.bordarts.com

Publicités

28 février 2012. Étiquettes : . Divers, Les événements. 2 commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :