Cristini, ça tient (particulièrement) debout

Il y a ceux qui n’envisagent la chanson que par le futile, et les autres, qui ont déjà pris le maquis, en une forme revendiquée de résistance.
À faire vivre coûte que coûte une chanson d’engagement, à labourer le champ des mots et l’ensemencer. À en polir le verbe, à choyer ses musiques. Et, forts de cet outil, à dénoncer, lutter, résister et reconstruire. Être acteur et témoin de cette vie.
Cristini est du lot, du clan. Il chante, qui plus est, avec rare élégance, perpétuant une tradition dans laquelle il s’inscrit pleinement, qui fait songer aux plus fameux folk-singers qui soient et convoque en son sein les folklores du bassin méditerranéen. De L’Estaca chère au catalan Lluis Llach à l’italienne Bella Ciao, Cristini inscrit son art dans cette culture-là, par une chanson qui bombe le torse, galvanise et lève le poing.
Le titre de ce troisième opus, Tenir debout, donne le La et fait posture et droiture : « Et je chante pour tenir debout et rester droit. »
Du précédent album, Les Yeux cousus (2009), nous avions gardé quelques vers de combat : « Si je résiste, j’existe / Si je renonce, je m’enfonce. » Sillons semblables ici, mais autrement labourés, plus profondément encore, plus subtilement peut-être. Car l’engagement ne suffit pas à faire une bonne chanson et même si les vers de Cristini s’abreuvent à cette source, la matière n’en est pas moins travaillée à l’extrême, en une épure de beauté et d’efficacité.
À la manière d’un dessin, une bonne chanson vaut mieux qu’un long discours : c’est cette chanson-là qu’il cisèle de sa gouge, en artisan impliqué, soucieux du bel ouvrage, sans jamais en abdiquer l’esthétique.
Des maquis de l’île de Beauté au souvenir diffus des canuts dans ce Lyon qui lui est désormais voisin, toute l’histoire de Cristini est là, comme l’ADN d’une révolte viscérale. Et d’une liberté sans prix, « dans l’herbe tendre / d’une vie de contrebande. »
L’actualité de cette société qui rivalise de cynisme, fournie, certes, à profusion matière à chansons. Celles de Cristini me semblent s’inscrire plus profondément encore dans l’histoire. Mondes meilleurs, pays de cocagne, moulins à vent parfois, l’art dessine les contours de lendemains qui chantent, d’un mieux-vivre pour ligne d’horizon. Plus que des chroniques sociales, plus que des slogans politiques de toutes façons rétifs à trop de discipline, la chanson de Cristini est un appel au bon sens, à l’absolue dignité, au nécessaire sursaut : « Si tu te rends, si tu abandonnes, c’est renoncer à tout ce qui fait de toi un homme. »
Cristini réussit à faire vivre une chanson plaisante, aux racines évidentes car familières, aux vers gorgés de luttes et d’espoirs comme un fruit peut l’être de jus et de sucre, comme les cerises de Clément. Toujours et plus que jamais en complicité avec Pierre Jouishomme avec qui il partage vers comme portées, Cristini avance plus sûrement encore dans l’exigence de son art. Et dans une lumineuse beauté.

Cristini, Tenir debout, 2011, Timber/Socadic. Sortie nationale le 15 octobre. Le site de Cristini, c’est ici.

9 octobre 2011. Étiquettes : . Chanson sur Rhône-Alpes, Lancer de disque. Laisser un commentaire.

Cette chanson lyonnaise qui rugit (2)

Autre livraison groupée d’artistes lyonnais ou de Rhône-Alpes. Là encore que du bon, tant il est vrai que cette région est un des plus beau vivier de la chanson. Suite prochainement…

Cécilem (photo Carlotta Forsberg)

Cécilem / « Un soir en scène ». Dans l’attente d’un album prévu pour fin 2010, Cécilem nous fait patienter avec un live enregistré il y a un an à la Radio Sarroise à Saarbrucken en Allemagne. Selon l’adage qui dit que nul n’est prophète en son pays, cette haut-savoyarde s’offre effectivement grand succès en dehors de nos frontières, en Russie, en Australie comme au Japon. Peut-être que là-bas, le marché est moins saturé, plus apte en tous cas à lui faire l’honorable place qu’elle mérite… On retrouve sur ce live l’essentiel des titres de son précédent opus, L’âge de mes raisons, et bien plus encore.
Magnifique femme-piano aux chansons envoûteuses, Cécilem compose actuellement la musique du prochain film d’Isabelle Mergault (Je vous trouve très beau, Enfin veuve), qui aura pour interprètes principaux Daniel Auteuil et Sabine Azéma). L’hexagonale reconnaissance pour Cécilem, enfin ?

Le site de Cécilem.

Cristini / « Les Yeux cousus ». De bonnes critiques, un bouche-à-oreilles enviable et voici déjà la réédition de ce deuxième album, avec en prime trois nouveaux titres que nous recevrons comme un singulier cadeau bonus. De Cristini je disais sur Chorus : « Belle gueule et belle voix, il a tout pour faire carrière. Et une inspiration particulière, faites d’inquiétudes et de résolutions, de justes combats, d’une guerre aux guerres, son acte de résistance (…). C’est souvent saisissant, tranches de vies et de morts prélevées aux combats, dans un folk où la batterie, derrière, parvient difficilement à contenir sa colère. Militant de la chanson, Cristini a le sens de la formule et se déclare en jachère pour la vie entière. De toutes façons les yeux ouverts. En grand ». Ce n’est pas nécessairement le disque que vous passerez en boucle le soir du réveillon mais soyez certain qu’il a sa place sur votre platine.
Le site de Cristini.

Swann Ménigot / « Dans la peau ». Beau gosse aussi que ce Ménigot-là, dont l’art pousserait plutôt du côté de la variété (je n’ose dire du côté de chez Swann…). Variété car varié, tant il est vrai que sa voix franche et chaleureuse semble s’amuser à se couler en des plages fort différentes. Et colorées. Ménigot nous fait une sorte de folk romantique parfois teinté jazzy, groove même, par des chansons très abouties, qui sonnent bien et s’incrustent facilement dans l’oreille. Son premier charme est indiscutablement son timbre qui met plus encore en relief ses mots, les sculptent, les polie, les fait danser. Tout est trop bien en place qu’on se doute que Swann n’est pas venu en chanson par hasard… Ça a beau être un premier disque, tout est déjà là. Quand vous posez ce disque sur la platine, il y reste non par négligence mais par franche adhésion.

Le site de Swann Ménigot.

15 décembre 2009. Étiquettes : , , . Chanson sur Rhône-Alpes, Lancer de disque. Laisser un commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :