Je Rigole sacré à « Vive la reprise » 2012 !

Je Rigole (photo Anne-Marie Panigada)

C’était hier mardi la finale du concours « Vive la reprise ! », 18e du nom, organisé par le centre de la Chanson, à Paris. Avec cette fois la mise à l’honneur (c’est en une !) du magnifique répertoire de Clarika. Bonne ambiance et salle blindée comme on dit, même les concurrents infructueux des sélections de la veille étaient présents dans les rangs serrés du public, c’est dire.
Le lauréat 2012 est sans conteste Je Rigole qui s’adjuge le Grand prix du Centre de la Chanson (succédant ainsi à Jérémie Bossone), le prix de l’Esprit Frappeur et le prix AMJA/Ville d’Angers ;
Emilie Marsh remporte le prix de l’Adami ainsi que le prix Edito-Musiques) ;
Evelyne Gallet truste le prix de la Sacem, le prix Edito-Musiques et le prix Ecoutez-Voir ;
Noah Lagoutte  s’adjuge le prix de l’Unac ;
Pour Emilie Cadiou le prix du public et celui de Chansons de parole ;
Cocofka gagne le prix ACP/La Manufacture chanson ;
Enfin, Bastien Lanza repart avec le prix A Thou bout d’Chant et le prix AMJA/Ville d’Angers.

Emilie Marsh (photo Anne-Marie Panigada)

Ce que valent ces prix :
Grand prix du Centre de la chanson (1.500 € en aide professionnelle),
Prix de l’ADAMI (2.000 €), Prix de la SACEM (1.500 €), Prix de l’UNAC (500 €),
Prix du public : programmation à La Scène du Canal
Chansons de parole : programmation au festival de Barjac
L’Esprit Frappeur : programmation à L’Esprit Frappeur / Lutry (Suisse)
Ecoutez Voir : programmation au festival « 1 chanson peut en cacher une autre » (Belgique)
ACP/La Manufacture chanson : programmation à l’Espace Christian-Dente (Paris)
Edito Musiques : programmation aux « Lundis de la chanson » au XXe Théâtre (Paris)
AMJA/Ville d’Angers : programmation au Théâtre d’Angers
A Thou Bout d’Chant : résidence à A Thou Bout d’Chant (Lyon)

Publicités

18 avril 2012. Étiquettes : , , , , , , . Les événements, Prix. 5 commentaires.

Cette chanson qui remonte les bretelles

Chanson à bretelles, jeudi 27 octobre 2011, 5e Rencontre de Prémilhat,

Ça a démarré il y a deux ans par un disque, une compilation de chanteurs s’accompagnant tous, toutes, à l’accordéon. C’est devenu une presque troupe, un spectacle rodé qui unie une demi-douzaine d’entre eux. La prime idée revient à Corentin Coko, qui est du lot. Qu’il en soit loué.

Sur la scène nue et inerte, c’est d’abord, singulier pied de nez, la contrebasse qui trône. Pas pour longtemps. Viennent nos amis, ceux de la bretelle. Festival de touches et de boutons, de ventrails imposants, de poitrails qui s’accordéonnent de plaisir. Un mur d’accordéons pour un concert inédit qui vous remonte les bretelles de singulière façon.

Thierry Svahn et Gabrielle (photos Catherine Cour)

Est-ce l’idée populaire que l’instrument insinue, le registre suit. Avec force chansons d’amour quand ce sont les filles qui s’expriment. Elles parlent de fidélité. D’infidélité aussi. On se joue des mots, comme dans cette Ballade de la couturière, d’Emilie Cadiou, ici partagée avec Gabrielle : l’art de l’aiguille se marrie bien avec le chas de l’aiguille. D’autres beaux duos participent au jeu de l’amour, comme celui de Coko et d’Emilie : « Embarrassez-moi / Troublez-moi de votre sourire / Et charmez-moi de vos appâts / Et sachez combien je vous désire… » C’est bon coco !
L’amour, certes, et la révolte, avec son bouclier qui s’époumonne… Thierry Svahn a un peu beaucoup de Gérard Blanchard en lui. Plus libre, plus frondeur peut-être, encore que. Son Télé-achat est une pépite dans le genre. Il y a en lui un beau concentré d’humanité criante, de cri d’humanité. Réno Bistan est pareil, en un registre qui ne s’encombre d’aucune convenance. L’ancien de Bistanclaque qu’il fut le reste, on ne change pas d’adn : « J’tremble, j’ai les mains moites / Le mode entier est de droite… » Même s’il a aussi d’autres talents, d’autres recettes, tel L’amour et la cuisine, chronique croustillante d’un homme désoeuvré à la maison. Coko, lui, convoque Gaston Couté et ses électeurs dans une interprétation très stylée Gilles Vigneault…
Emilie Cadiou, François Fabre, Thierry Svahn, Reno Bistan, Coko, Gabrielle, Noémie Lamour, ce spectacle partagé est régal comme c’est rare. On ne peut lister toutes les chansons, ni chaque duo, chaque trio. Tout est d’un même souffle, partage d’art et manière de le faire, avec talent, avec modestie. Bien sûr que le gainsbourien Accordéon fait le final « Accordez accordez accordez donc / L’aumône a l’accordé l’accordéon… » Ou plutôt augure d’un après, au bar, avec un florilège de chansons populaires, Amants de Saint-Jean et autres classiques du genre. A croire que rien que peut arrêter l’accordéon. A plus forte raison quand il y en a tant.

Aujourd’hui à cette Rencontre de la Chanson francophone : Chantal Grimm en spectacle jeune public à la ferme de Ganne à 14 et 15 h, Elsa Gelly dans « Conte en chansons » (création) à 18 h à la ferme de Ganne ; Clémence Chevreau et Francesca Solleville à 20 h 30 salle des fêtes de Prémilhat.

28 octobre 2011. Étiquettes : , , , , , , , . En scène, Festivals, Rencontre de Prémilhat. Laisser un commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :