Eric Charden 1942-2012

On le savait malade, devinant le peu qu’il lui restait à vivre. Comprenez pourquoi il fut in extremis chamarré d’une insolite légion d’honneur en même temps que son inénarrable complice Stone.
L’histoire de la chanson a depuis longtemps oublié Eric Charden, tant son œuvre en solo (Le monde est gris, le monde est bleu…) est assez insignifiante, même s’il écrivit pour Dalida, Monty, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers, Sylvie Vartan, Claude François… et composa même les chansons du premier disque de Cat et Maxim (les Le Forestier soeur et frère). Reste le couple Stone et Charden, insondable mystère, panthéon de l’absolue médiocrité, voix approximatives qui, pour toujours, symboliseront tant l’insipide chanson commerciale que de fort médiocres soirées télé. Le triomphe insolent de Stone et Charden ne dura pourtant que peu de saisons, mais pour toujours survivront leurs chansonnettes aseptisées. Pour mémoire : Le prix des allumettes, Made in Normandie, L’avventura, L’amour pas la charité, Il y a du soleil sur la France… La raison commande d’oublier de tels navets mais le matraquage audiovisuel fut tel que nous pouvons, même et surtout à nos dépends, fredonner du Stone et Charden. Ça doit être pour ça que le Ministre de l’inculture les médailla.

Publicités

30 avril 2012. Étiquettes : , . Uncategorized. 30 commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :