Avalon, savourons

Prélever au répertoire quelques de ses perles et baptiser son disque Service public a quelque chose de savoureux dans l’esprit. Car, mises à part les thématiques de Philippe Meyer sur ce dit service public, on n’y entend pas trop ce genre de chansons. Michel Avalon reprend donc Gilbert Laffaille, Georges Brassens, Henri Tachan, Allain Leprest et Léo Ferré (pour chacun deux titres) ainsi que Julos Beaucarne, Bernard Joyet et Jacques Prévert. Et, quitte à faire, Michel Avalon par deux autres titres (Amis et Le tango de Palavas-les-flots). L’enregistrement est public, Avalon est à la guitare et son compère et complice Claude Delrieu à l’accordéon, dont le soufflet donne le la et prédomine avec superbe.

Rien que pour la plaisir d’imprimer un de ses écrits sur cette page virtuelle qu’est NosEnchanteurs, je laisse la parole à mon estimé confrère Jacques Vassal : « Michel Avalon vous capte, d’abord par sa voix, grave, chaude et singulière. On s’y habitue, puis on l’aime. La confidence s’impose et la confiance s’installe. D’autant que le répertoire (Ferré, Tachan, Laffaille, Brassens et… Avalon lui même) est de belle facture. Une vraie présence en public. » La voix d’Avalon fait rugueuse, bourrue. Et tout autant conviviale. Elle a comme la chaleur d’un feu de bois d’hêtre, le bonheur de l’être, sans fioriture aucune, qui va simplement à l’essentiel, servant avec grand respect des textes d’anthologie.

Michel Avalon, Service public, 2011, Exil prod/E2M audio production. Le site de Michel Avalon, c’est ici. Signalons que Claude Delrieu est aussi le fou chantant poly-instrumentiste de la Reine des Aveugles à qui NosEnchanteurs a consacré un de ces récents articles (lire ici).

Abonnez-vous à ce blog : vous recevrez en temps réel la notification de tout nouvel article sur NosEnchanteurs. Cliquez en haut à droite de cette page-écran : c’est facile, c’est sympa, c’est gratuit.

Publicités

25 février 2012. Étiquettes : , , , , , , , , . Lancer de disque. 1 commentaire.

Gilbert Laffaille, pour le pur plaisir…

Fut-il en public, ce n’est toujours pas un nouvel album original de Laffaille mais l’enregistrement, en fin novembre 2009 au Cabaret-théâtre L’Esprit Frappeur de Lutry (Suisse), de son actuel récital, en complicité avec la pianiste Nathalie Fortin, tant que leurs noms sont crédités pareillement sur la pochette. Aussi incroyable que celui puisse être, plus un disque de Laffaille ne squatte plus aucun bac : tous épuisés, jamais réédités ! C’est donc celui-ci qui fait fonction. Et ne faillit pas. D’abord par la réelle qualité d’enregistrement de ce récital. Et par le choix, éclectique comme l’est Laffaille, de chansons (parmi lesquelles Le Président et l’éléphant, Trucs et ficelles, Interrogations écrites, L’Encre noire, La java sans modération…) beau panorama s’il en est de l’artiste, et des sketches fameux (Introduction à la communication, L’École de la vie…) dignes des plus grands humoristes, de ceux pour qui la poésie est aussi un outil de travail. Rien de nouveau certes mais le plaisir renouvelé d’écouter encore Laffaille, un de nos auteurs les plus importants, les plus talentueux. C’est déjà ça, plus que ça même. En attendant la suite…

Gilbert Laffaille & Nathalie Fortin, En public, 2010, Traficom Musik. Le site de Gilbert Laffaille, c’est ici. (ce billet est paru précédemment sur le Thou’Chant)

En vidéo, pas de chanson mais La moule perlière, texte de Gaston de Pavlosky, extrait du spectacle Lectures humoristiques (Pierre Louki, Boby Lapointe, Bernard Dimey, Pierre Desproges, Francis Blanche, André Frédérique, et autres joyeux drilles, poètes, humoristes, fantaisistes) de Gilbert Laffaille (ici au Théâtre de la Vieille Grille en 2010). Prochaine représentation le 20 janvier au Théâtre de Poche-Ruelle de Mulhouse.

16 décembre 2011. Étiquettes : . Lancer de disque. 4 commentaires.

Barjac : Laffaille et Fortin, doués et Douai

Gilbert le récipiendaire (photo Catherine Cour)

Pour la cinquième année consécutive, le prix Jacques Douai vient d’être remis à l’occasion du Festival « Chansons de Parole » qui accueille l’association du prix Jacques Douai, avec l’aide de l’ADAMI et de la SACEM.
Le Prix Jacques-Douai distingue un artiste, une personnalité ou une structure qui, par son action ou son œuvre artistique, fait vivre la chanson francophone, le répertoire et les idéaux portés par Jacques Douai : célébration de l’art de la chanson, respect et souci d’élévation du public, émancipation par la culture et l’éducation populaire.
Le Prix Jacques-Douai 2007 à été remis à Gérard Pierron ; celui de 2008 à Rémo Gary et à la MPT de Beaucourt ; celui de 2009 à Hélène Martin et Philippe Forcioli ; celui de 2010 à Véronique Pestel et à Bernard et Dany Keryhuel, animateurs des Chant’appart.
Il récompense, cette année, Gilbert Laffaille et Nathalie Fortin.
Les membres du jury sont Ethery Pagava-Douai et Georges Moustaki (présidents d’honneur),Michèle Bernard, Jacques Bertin (président), Jacques Bonnadier, Francis Chenot, Didier Desmas (trésorier), Jean Dufour, Marie-Hélène Fraïssé-Bérimont, Elizabeth Gagnon, Philippe Geoffroy (secrétaire), Pierre Jobin, Jofroi, Cyril Lafaurie, Tariel Lourdin, Hélène Mathieu, Floréal Melgar, Jean-Claude Mézière, Christine Pagava-Boulez, Martin Pénet, Francesca Solleville, Jean Sommer, Anne Sylvestre, Jacques Vassal, Gérard Pierron, Luc ou Sylvie Renaud, Rémo Gary,Hélène Martin, Philippe Forcioli, Véronique Pestel et Bernard ou Dany Keryhuel.

2 août 2011. Étiquettes : , , . Barjac, Catherine Cour, Festivals, Les événements. 3 commentaires.

ThouChant vol.6 : en exclusivité sur la toile

"Le Gros chat du marché" de Gilbert Laffaille est devenu un livre. D'autres suivront…

A l’occasion de la sortie de son nouvel album enregistré en public à L’Esprit Frappeur, à Lutry, j’ai rencontré il y a peu l’ami Gilbert Laffaille pour un long entretien dans les colonnes du ThouChant. On y fait le point de son travail actuel : des superbes (et grands) livres pour enfants (mais pas que pour eux) aux éditions « Les Grandes personnes » ; une pièce de théâtre récemment jouée à Avignon ; des lectures, à la Vieille grille à Paris, revisitant l’humour et la poésie ; des chansons ici et là, pour autrui… Mais pas de nouvelles chansons pour lui, par manque de temps, de disponibilité d’esprit : « Je ne suis plus dans la dimension de faire l’artiste » affirme-t-il. Il s’en explique. De la difficulté d’écrire, de celle de se produire encore, Gilbert Laffaille se livre sans détour.

Une longue interview de Laffaille donc, le portrait du chanteur Louis Ville, bel écorché vif qui s’apprête à nous sortir Cinémas, son quatrième opus, la double et passionnante livraison discographique de Jacques Bertin, la nouvelle création du groupe vocal Évasion dans la Cité des papes, une déambulation au festival chanson d’Avignon, ça et pleins d’autres sujets encore, c’est le sommaire du numéro de juillet du ThouChant, votre webzine 100% chanson que j’ai l’honneur de vous concocter chaque mois. A vous de faire passer le mot, le message pour faire plus encore connaître ce webzine, d’en faire modestement un magazine de référence sur la toile.

Le ThouChant, c’est ici.

22 juillet 2010. Étiquettes : . Les événements, Thou Chant. Laisser un commentaire.

Laffaille comble lacune

Gilbert Laffaille (photo DR)

Trente-cinq ans de carrière, avec des hauts, avec des bas, avec une discographie un temps pléthorique et des chansons qui font pour toujours référence : Trucs et ficelles, Neuilly blues, Tout m’étonne, Le Gros chat du marché et d’autres encore. Et puis plus rien depuis pas mal de temps. En fait pas de nouveaux titres depuis l’album La Tête ailleurs, de 1999. La vie, les drames personnels, la difficulté à présent d’être artiste, tout s’est conjugué pour nous priver chaque jour un peu plus de Gilbert Laffaille. Jusqu’à ce que tous ses albums furent épuisés, sans espoir aucun de réimpression. Même si la chanson est à vivre en live, convenons que le disque est quand même bien pratique pour garder auprès de soi, à portée d’oreilles, une part des artistes qu’on aime. Laffaille vient donc de combler cette insolite lacune et sort un nouveau live capté en novembre dernier à L’Esprit Frappeur, ce cabaret-théâtre de Lutry (Suisse) frappée du coin du bon sens. Un disque « public » d’emblée partagé avec sa pianiste, Nathalie Fortin (de la même façon que Joyet co-signe avec Miravette), et nourri tant de chansons que de sketches. Ce n’est pas anthologie – les dix-huit titres de cet opus n’y suffiraient pas -, mais l’agréable piqûre de rappel d’un artiste dont la classe nous étonnera toujours, nous ravira. Pour l’heure, on peut trouver ce délicieux cédé sur le site du chanteur ou sur http://www.myspace.com/traficommusik

Gilbert Laffaille & Nathalie Fortin, En public, Traficom musik 2010. On retrouvera Gilbert Laffaille dans la prochaine livraison du webzine Thou Chant pour un long entretien inédit (le numéro 5 à paraître mi-juin).

Le site de Gilbert Laffaille.

4 juin 2010. Étiquettes : . Lancer de disque. 3 commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :