« Vive la reprise ! » : le palmarès 2011

Jérémie Bossone, le grand lauréat 2011

Ainsi le verdict de « Vive la reprise ! » est tombé, avec son lot de lauréats qui pourront se prévaloir de leurs exploits. Sous les bons et loyaux hospices de Graeme Allwright s’est déroulée la 17e édition de cet important concours initié par le Centre de la Chanson, à Paris.
Jérémie Bossone est l’heureux gagnant du Grand Prix du Centre de la Chanson ; il s’adjuge également, en gourmand qu’il semble être, le Prix de l’Adami, le Prix du public, le Prix Edito-Musiques, le Prix de L’ESprit frappeur ainsi que le Prix ACP/La Manufacture Chanson ;
Eric Frasiak remporte le Prix de la Sacem ainsi que le Prix Ecoutez-Voir ;
Tomislav repart avec, en poches, le Prix de l’Unac, le Prix Edito-Musiques et le Prix ACP/La Manufacture Chanson ;
Cyril Romoli décroche le Prix Le Mans Cité chanson, le Prix L’Autrement-Café de la Ville d’Angers et le Prix Edito-Musique ;
Marie Tout Court (qu’on a connue sous le nom de Marie et ses beaux courtois) cumule le Prix Chanson de parole de Barjac, le prix Edito Musiques, le prix de L’Esprit Frappeur ainsi que le Prix Espace Jemmapes ;
Louis Ville s’adjuge le Prix Espace-Jemmapes ;
Maleck se voit, quant à lui, récompenser par le Prix Tacet production.
Concrètement, ce que valent ces prix : Grand Prix du Centre de la Chanson : 1500 € en aide professionnelle ; Prix de l’Adami : 1500 € ; Prix de la Sacem : 1500 € ; Prix de L’Unac : 500 € ; Prix du public : programmation à La Scène du Canal ; Prix Chansons de parole : programmation à Barjac 2012 ; Prix La Manufacture Chanson : programmation à l’Espace Christian-Dente ; Prix Edito-Musiques : programmation dans le cadre des Lundis de la Chanson au 20e Théâtre ; Prix L’Autrement-café : programmation au Théâtre d’Angers ; Prix Le Mans Cité Chanson : programmation à ce festival ; Prix L’Esprit frappeur : programmation dans cette salle suisse ; Prix Ecoutez-Voir : programmation au festival belge « Une chanson peut en cacher une autre » ; Prix Tacet-Production : programmation en première partie d’Allain Leprest.

Publicités

21 avril 2011. Étiquettes : , , , , , , . Festivals. 9 commentaires.

Émotions en Ville

Tant que la notoriété ne le transformera pas en évidence, il sera pour nous une bouleversante révélation. J’ai découvert Louis Ville en mai 2005, au festival Paroles et Musiques à Saint-Étienne, alors en première partie d’Hubert-Félix Thiéfaine… La dernière fois que je l’ai revu, c’était encore en cette ville, au Smoking dog, un bar où, incognito, il venait essayer, il y a deux ans déjà, les chansons de son nouvel album, Cinémas. On peut lire son portrait sur le dernier Thou’Chant.

Louis Ville (photo Pirlouiiiit – Concertandco.com)

Archive. Voix, guitare, ça peut vous paraître fade et sans relief : c’est que vous ne connaissez pas encore Louis Ville. Quitte à faire, on aurait aimé le découvrir en trio : ce sera pour la prochaine. Mais l’essentiel est là : un artiste sincère dont la voix, rugueuse à souhait (il y a de l’Arno en ce timbre, en ces caresses de mots, en cette belle violence), est habitée. Dont la voix n’est que passion qui déchire le silence, le fait fuir. Total respect pour cet homme que personne ne connaissait ici, que tous, depuis hier, tiennent en grande estime. Parce que, gueule d’amour, il crache, colère, bouscule le bien-pensant. Parce qu’il vous surprend, vous hypnotise, vous ravit, vous comble d’un talent rare, inespéré. Louis Ville ressemble à un fragile granit, mais granit quand même, pierre qui suinte, qui pleure. Il tire sur la corde des merveilles d’harmonies, des notes douloureuses aussi. L’homme est étonnant, épatant. D’emblée d’une classe que nombre de ses collègues n’atteindront jamais.

Le myspace de Louis Ville : c’est ici. Photo Pirlouiiiit – Concertandco.com

Le portrait de Louis Ville sur le webzine Thou’Chant n°6 daté de juillet 2010, actuellement sur votre écran d’ordinateur : c’est là.


3 septembre 2010. Étiquettes : , . Archives de concerts. Laisser un commentaire.

%d blogueurs aiment cette page :