Orelsan sent (pas bon)

Orelsan (photo DR)

Oui, je comprends qu’on puisse se féliciter, si tant est qu’on y accorde de l’importance, des deux Victoires de la musique octroyées à Thiéfaine et, dans le même temps, s’offusquer des deux autres accordées à Orelsan.
Au lendemain de ses victoires, Orelsan était convoqué par la justice, au tribunal de Paris, devant la 17e chambre correctionnelle, poursuivi qu’il est pour « provocation au crime » par le mouvement Ni Putes Ni Soumises.
L’audience prévue ce 5 mars a été renvoyée au lundi 7 mai.
Aurélien Cotentin, dit Orelsan, à été l’heureux récipiendaire de deux Victoires cette année : celle de la « révélation du public » et celle de l’ « album des musiques urbaines » (pour « Le chant des sirènes » paru chez Wagram). Belle récompense après avoir provoqué, en 2009, une réelle indignation pour sa chanson « Sale pute », qui décrit en termes pour le moins crus la colère d’un jeune homme trompé, menaçant sa compagne des pires outrages et violences physiques.
Pour Ni Putes Ni Soumises, la chose est entendue : par cette chanson, Orelsan « incite à la haine des femmes » et ce « déballage de haine sauvage n’a rien à voir avec la liberté d’expression. » L’association voit en cette chanson « une incitation à la violence la plus ignoble qui met en scène le désir de viol, de violence, de torture et d’assassinat et exprime le mépris le plus profond pour toutes les femmes. »
Méprise totale pour Orelsan qui explique, lui, qu’il s’agit d’une « oeuvre de fiction sur la façon dont une pulsion peut transformer un homme en monstre », et non d’une apologie de la violence conjugale.
Le tribunal jugera. Reste que les Victoires se sont entretemps immiscées dans le débat judiciaire, donnant à Orelsan deux médailles et la reconnaissance médiatique, bel atout pour son avocat à la barre. Est-ce serein pour la justice qui doit ensuite se prononcer ? Les patrons des Victoires qui nominent et les « professionnels de la profession » qui récompensent n’auraient-ils pas dû s’abstenir, laissant la justice suivre normalement son cours ? Notre époque est décidément compliquée où on voit des ministres de la République exercer malgré des mises en examens, où on voit un tel chanteur pour le moins sulfureux être couvert de louanges malgré, lui-aussi, une convocation en justice.

Publicités

6 mars 2012. Étiquettes : . Saines humeurs. 18 commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :