Eric Charden 1942-2012

On le savait malade, devinant le peu qu’il lui restait à vivre. Comprenez pourquoi il fut in extremis chamarré d’une insolite légion d’honneur en même temps que son inénarrable complice Stone.
L’histoire de la chanson a depuis longtemps oublié Eric Charden, tant son œuvre en solo (Le monde est gris, le monde est bleu…) est assez insignifiante, même s’il écrivit pour Dalida, Monty, Johnny Hallyday, Eddy Mitchell, Dick Rivers, Sylvie Vartan, Claude François… et composa même les chansons du premier disque de Cat et Maxim (les Le Forestier soeur et frère). Reste le couple Stone et Charden, insondable mystère, panthéon de l’absolue médiocrité, voix approximatives qui, pour toujours, symboliseront tant l’insipide chanson commerciale que de fort médiocres soirées télé. Le triomphe insolent de Stone et Charden ne dura pourtant que peu de saisons, mais pour toujours survivront leurs chansonnettes aseptisées. Pour mémoire : Le prix des allumettes, Made in Normandie, L’avventura, L’amour pas la charité, Il y a du soleil sur la France… La raison commande d’oublier de tels navets mais le matraquage audiovisuel fut tel que nous pouvons, même et surtout à nos dépends, fredonner du Stone et Charden. Ça doit être pour ça que le Ministre de l’inculture les médailla.

Publicités

30 avril 2012. Étiquettes : , . Uncategorized. 30 commentaires.

Charden, 48 ans de service ; Stone, 46

L’année commence bien et l’information est d’importance qui ne saurait être passée sous silence. Le Journal officiel de la République française vient de publier la liste des promus du 1er janvier de la Légion d’honneur. Et savez-vous quels chanteurs émérites, ayant rendu un service à la nation, se l’adjugent ? Vous ne le croirez pas… Stone et Charden, si, si, dont on vient de retirer les bandelettes pour l’occasion avant de les remettre dans leur sarcophage. Sorties du formol, ces deux momies vont être lestées de ce pendentif-là, le temps de les exhiber.
C’est sur proposition du Ministère de l’aculture que « M. Charden (Jacques, André, Gilbert, dit Eric), auteur, compositeur, interprète, 48 ans de services, et Mme Magliulo né Gautrat (Annie, Claudine), dite Stone, chanteuse, 46 ans de service » entrent ensemble parmi les grands serviteurs du pays.
Ah ! Stone et Charden ! Ça ne dira rien aux moins de trente quarante ans. Ça remonte à la première moitié des années soixante-dix. « Il y a du soleil sur la France / Et le reste n’a pas d’importance ». Le duo de guimauve, immuable comme alors l’était Le prix des allumettes. Ils accumuleront ensemble des tubes (Le seul bébé qui ne pleure pas et L’avventura, en 1971 ; Il y a du soleil sur la France, en 1972 ; Made in Normandie et L’amour, pas la charité en 1973) avant de disparaître dans un légitime oubli. Les derniers signes de vie « artistique » de Charden le seront en 1979 par le générique des séries animées japoniaises Albator 78 et San Ku Kaï… Ils sont toutes nos années Guy-Lux, l’apprentissage de la pure crétinisation, l’archéologie des musiques de supérettes, le bonheur aseptisé… Mais la nostalgie est ce qu’elle est et Stone et Charden, depuis longtemps divorcés, rechanteront ensemble, la main dans la main et le sourire de rigueur, leurs tubes d’antan dès les années quatre-vingt-dix afin d’améliorer leur quotidien de jeunes retraités. Ils ont été, bien sûr, de la tournée Age tendre et têtes de bois.
Largement de quoi mériter du pays ? Pas sûr mais il n’est pas dit que le légion d’honneur ne doive récompenser que le seul mérite intellectuel. Et puis ça fait toujours deux voix de plus au petit, tout petit Nicolas, en avril prochain…

On lira ici La légion d’honneur, l’article le plus lu à ce jour sur NosEnchanteurs. On se demande pourquoi…

1 janvier 2012. Étiquettes : . Saines humeurs. 18 commentaires.

%d blogueurs aiment cette page :